BFM Business

Une Française accède enfin à la tête d’un groupe du Cac 40

Isabelle Kocher est la première française à piloter un groupe du CAC 40. En 2006/2007, Patricia Russo a effectivement dirigé Alcatel Lucent, mais elle est américaine.

Isabelle Kocher est la première française à piloter un groupe du CAC 40. En 2006/2007, Patricia Russo a effectivement dirigé Alcatel Lucent, mais elle est américaine. - Eric Piermont - AFP

Appelée à la tête d'Engie, Isabelle Kocher ne prendra ses fonctions qu’en mai prochain. Cette Normalienne deviendra ainsi la première Française à piloter un groupe du CAC 40.

C’est une victoire pour les femmes de France. Gérard Mestrallet, patron d’Engie (ex-GDF Suez), a nommé Isabelle Kocher pour prendre les rênes du groupe français. Actuellement numéro 2 du groupe, cette normalienne agrégée de physique prendra ses fonctions en mai prochain. Sa mission sera "d’accélérer la transformation du groupe énergétique vers un modèle davantage axé sur les énergies renouvelables et les services énergétiques".

Lors de ses vœux à la presse, Gérard Mestrallet a rappelé qu’Isabelle Kocher "avait été choisie par le conseil d'administration en 2014." Il a ajouté que "tout ce qu'elle a fait depuis montre que c'était vraiment le bon choix: Isabelle est prête et a toutes les qualités pour diriger ce groupe".

Pas plus de femmes au Dow Jones ou au DAX

Mais si l’élue est effectivement la première Française à atteindre un tel poste, elle n'est pas la première femme à piloter un groupe du Cac. Le passage éclair de la première a peut-être effacé son nom des mémoires, mais l'américaine Patricia Russo a tenu les rênes d’Alcatel-Lucent entre 2006 et 2007. C’était même la dirigeante la mieux payée en 2007 avec une rémunération totale de 1,83 million d’euros, dont 1,2 million de salaire fixe.

Les femmes sont peu présentes en France à ce niveau de responsabilités, mais elles ne sont pas beaucoup plus nombreuses aux États-Unis. Parmi les entreprises du Dow Jones, on ne compte que deux femmes : Ellen Kullman chez DuPont de Nemours et Virginia Rometty chez IBM.

Et c'est encore pire en Allemagne. Alors qu'Angela Merkel domine depuis une décennie la vie politique outre-Rhin, aucune Allemande ne s'est imposé à la tête d'une des 30 entreprises cotées au DAX.

Pascal Samama