BFM Eco

Un Boeing à 24 euros? le président mexicain propose d'organiser une tombola pour faire gagner son avion

-

- - ALEJANDRO MELENDEZ / AFP

Six millions de tickets de tombola dont l'unique lot serait le Boeing 787 de la présidence. C'est l'idée lancée par le président mexicain qui ne parvient pas à vendre l'appareil, l'une de ses promesses de campagne.

Une tombola… pour gagner l’avion présidentiel? C’est, de l’autre côté de l’Atlantique, l’idée avancée par le président mexicain Andrés Manuel López Obrador. En décembre 2018, quelques mois après son élection, "AMLO" annonçait la vente de l’avion présidentiel, l'une de ses promesses de campagne. Mais toutes les tentatives pour se débarrasser de l'appareil ont jusqu'à présent échoué. L'appareil est aujourd'hui estimé à 130 millions de dollars (117 millions d'euros) mais aucun acquéreur potentiel n'a pu débourser une telle somme.

Or, pour Mexico, il devient urgent de vendre l'ex-avion présidentiel, inutilisé, qui lui a coûté plus d'un million de dollars de maintenance l'année passée – et, explique le Guardian, il serait beaucoup trop coûteux de reconfigurer l'appareil, qui ne peut transporter que 80 personnes mais possède une suite présidentielle privée, en avion de ligne commercial. D'où cette singulière proposition: pour 500 pesos chacun, soit environ 24 euros, six millions de tickets de tombola seraient mis en vente avec pour unique lot le Boeing 787 Dreamliner.

Une idée peu réalisable

Dans les faits, la proposition du président mexicain a néanmoins peu de chances de se réaliser. Carburant, maintenance, sécurité: bien que le gouvernement pourrait prendre en charge pendant un an les coûts de fonctionnement de l'appareil, si le vainqueur n'en avait pas les moyens, il est peu probable que le nouveau propriétaire puisse régler ces frais au-delà. Pour Andrés Manuel López Obrador, qui s'est fait élire en jurant de mettre fin aux dispendieuses dépenses de l'Etat, c'est avant tout la dernière proposition d'une longue série d'idées pour se débarrasser de l'avion présidentiel.

Outre un hypothétique acquéreur – une offre en-dessous du prix avait été déposée et pourrait être reconsidérée – le chef d'Etat mexicain avait envisagé de troquer l'avion contre du matériel médical américain, de le louer à l'heure ou de le vendre en actions à un groupement d'investisseurs. La vente de l'appareil devait initialement financer des programmes de lutte contre la pauvreté. Dans le même sillage, "AMLO" avait annoncé la semaine passée une série de ventes aux enchères pour écouler les 39 hélicoptères et les 33 jets privés et petits avions de la flotte gouvernementale.

Jérémy Bruno