BFM Business

Tourisme: les Hauts-de-France et la Normandie grandes gagnantes de l'été 2019

Plusieurs touristes se sont rendus à Arromanches (Normandie) pour célébrer le 75e anniversaire du Débarquement le 6 juin 2019

Plusieurs touristes se sont rendus à Arromanches (Normandie) pour célébrer le 75e anniversaire du Débarquement le 6 juin 2019 - JOEL SAGET / AFP

Profitant des vagues de chaleur successives et de l'organisation de grands événements, les régions Hauts-de-France et Normandie ont enregistré les plus fortes hausses de fréquentation touristique entre avril et septembre 2019.

Après les hausses de 2017 (+6,1%) et 2018 (+1,2%), la fréquentation touristique estivale poursuit sa progression en France. Entre avril et septembre 2019, les hébergements collectifs de l’Hexagone (hôtels, campings, résidences de tourismes, village de vacances, etc.) ont enregistré 316 millions de nuitées, soit une augmentation de 2,2% par rapport à la même période un an plus tôt.

Une tendance qui se confirme grâce à la clientèle française (+3,2%). En effet, les nuitées de la clientèle étrangère sont restées stables, augmentant dans les campings et autres hébergements collectifs de tourisme mais diminuant dans les hôtels. Les Britanniques et Néerlandais ont ainsi été moins nombreux à se rendre en France durant l’été 2019. Au contraire des Espagnols et Allemands.

Les régions Hauts-de-France et Normandie plébiscitées

Paradoxalement, ce sont les régions de l’ouest et du nord de la France qui sont les grandes gagnantes. Les Hauts-de-France enregistrent une hausse des nuitées de 7%, la Normandie de 5,5%, le Centre-Val de Loire de 4,6% et la Bretagne de 4,5%. "Les épisodes successifs de fortes chaleurs de l’été ont pu conduire une partie de la clientèle à préférer des régions au climat plus tempéré", note l’Insee.

Si l’on prend uniquement en compte la fréquentation du littoral, la Normandie, portée par l’Armada de Rouen et le 75e anniversaire du Débarquement arrive en tête (+10,4%) devant les Hauts-de-France (+6%). Grâce à ces grands événements, la région normande est la seule du nord de la France à avoir vu son activité touristique boostée davantage par la clientèle étrangère que la clientèle résidente (+7,4%, contre +4,7% pour la clientèle résidente). Ce qui contraste notamment avec les Hauts-de-France (+9,5% de touristes résidents et +2,1% de touristes étrangers).

Les massifs de montagne ont également été plébiscités durant l’été. Relativement peu fréquentés en dehors des périodes de sports d’hiver, les touristes y ont été bien plus nombreux cette année (+8,9%). Une hausse essentiellement due là-encore à la clientèle française (+10,4%, contre +3,9% pour la clientèle étrangère).

Évolutions de la fréquentation contrastées dans le sud

Dans le sud, l’activité touristique a été moins dynamique. En Nouvelle-Aquitaine, le nombre de nuitées a augmenté de 3,1% mais celles de la clientèle étrangère ont diminué de 0,1%. De son côté, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur enregistre une fréquentation en légère hausse de 0,9% mais une baisse du nombre de touristes résidents (-1,4%). Enfin, la Corse est la seule région à perdre à la fois des touristes français (-3%) et étrangers (-6,7%). Résultat, la fréquentation globale de l’île de beauté chute de 4,2%.

Notons par ailleurs que l’Ile-de-France affiche la hausse de fréquentation la plus faible de toutes les régions métropolitaines (+0,3%) avec une augmentation de la clientèle résidente (+4,1%) mais une baisse du nombre de touristes étrangers (-2,6%). Mais, "cette quasi-stagnation fait suite à deux étés en forte hausse (+7,6% en 2018 et +13,7% en 2017)", explique l’Insee.

Paul Louis