BFM Business

STX: le chantier naval de Saint-Nazaire bientôt en vente?

Après deux ans de creux, les chantiers navals de Saint-Nazaire ont décroché un contrat d'un milliard d'euros pour un paquebot de croisière.

Après deux ans de creux, les chantiers navals de Saint-Nazaire ont décroché un contrat d'un milliard d'euros pour un paquebot de croisière. - -

Le groupe sud-coréen STX envisage de vendre ses actifs en Europe pour se désendetter. En France, il détient les deux-tiers des chantiers navals de Saint-Nazaire et de Lorient.

Le géant de la construction navale STX envisage de se retirer d’Europe. "Nous sommes en train de revoir la structure de notre société pour nous concentrer sur la construction navale nationale", a indiqué un porte-parole du groupe sud-coréen, ce samedi 4 mai. Le constructeur est en effet frappé de plein fouet par le ralentissement mondial du secteur.

Endetté à hauteur de 911 millions de dollars (695 millions d'euros) la vente des actifs qu’il possède à l’étranger permettrait à STX de lever de nouvelles liquidités. La Chine, la Finlande ainsi que la France sont concernés par ces cessions.

Dans l’Hexagone, cette décision toucherait de plein fouet les ex-chantiers de l’Atlantique, qui regroupent ceux de Saint-Nazaire et de Lorient. Ceux-ci sont détenus aux deux tiers par le groupe sud-coréen, par l’intermédiaire de STX Europe. L’Etat français en possède 33,34% du capital.

Les syndicats veulent que l'Etat augmente sa participation

"Des acheteurs potentiels ont déjà manifesté leur intérêt dans l'achat de parts dans les chantiers navals en Europe", a précisé le porte-parole de STX. Toutefois, il n'a pas précisé si le groupe pensait vendre tout ou partie de ses parts dans ses filiales à l'étranger.

Cette nouvelle douche froid les 2.500 salariés, ainsi que les quelque 4.000 sous-traitants qui travaillent sur les chantiers. Après une passe difficile de deux ans, le contrat obtenu pour la construction d’un paquebot pour l'Américain Royal Caribbean International (RCI), numéro deux mondial de la croisière, laissait entrevoir des jours plus heureux.

D’un montant de un milliard d’euros, ce contrat ne suffit pas à assurer la rentabilité du site de Saint-Nazaire. Mais il représente plus de 10 millions d’heures de travail, réparties sur 3 ans. La mise en chantier du navire doit commencer en septembre prochain.

Mais la décision de STX n’est pas fixée. "On y verra plus clair dans la seconde moitié de cette année", a précisé le porte-parole du groupe sud-coréen.

Les syndicats des chantiers navals de Saint-Nazaire ont réagi en posant la question d'une éventuelle augmentation de la part de l'Etat dans le capital.

Coralie Cathelinais avec agences