BFM Business

Sous-marins australiens: la Maison Blanche assure que la France a été avertie en amont, Paris dément

Selon un haut responsable de la Maison Blanche, l'administration américaine a été en contact avec Paris pour discuter de la nouvelle alliance entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie.

La France et les Etats-Unis ont eu des contacts à haut niveau avant l'annonce d'une nouvelle alliance entre Washington, Canberra et Londres qui verra l'Australie se doter de sous-marins à propulsion nucléaire de technologie américaine, a déclaré ce jeudi un haut responsable de la Maison Blanche.

"De hauts responsables de l'administration américaine ont été en contact avec leurs homologues français pour discuter de 'AUKUS' (ndlr: le nom de ce nouveau partenariat), y compris avant l'annonce" intervenue mercredi, a-t-il dit.

Une information démentie dans la foulée par Paris: "Nous n'avons pas été informés de ce projet avant la publication des premières informations dans la presse américaine et australienne, qui elles-mêmes ont précédé de quelques heures l'annonce officielle de Joe Biden", a déclaré le porte-parole de l'ambassade de France à Washington, Pascal Confavreux.

"Décision brutale"

La France ne décolère pas face à ce projet qui torpille une énorme commande de sous-marins de l'Australie. Les réactions venues de l'Hexagone ont d'ailleurs ont été très vives autant contre Canberra, accusé de trahir la parole donnée, que contre le président américain Joe Biden.

"Cette décision unilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait Monsieur Trump", l'ancien président américain, s'est indigné le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur la radio France Info. "Comme le président (Biden) l'a dit hier, nous coopérons étroitement avec la France à propos de nos priorités communes dans l'Indo-Pacifique et nous continuerons à le faire", a encore dit le haut responsable de la Maison Blanche, qui a demandé l'anonymat.

"Notre administration se concentre sur l'objectif de ranimer les alliances et partenariats afin de soutenir un ordre international basé sur le respect des règles communes. Cela signifie à la fois renforcer nos liens de longue date, y compris avec nos alliés de l'Otan et l'Union européenne, et travailler à de nouvelles configurations" a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé mercredi avec l'Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. La France voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d'euros) pour fournir à l'Australie 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

P.L. avec AFP