BFM Business

Saint-Gobain se sépare de sept sites de transformation de verre en Allemagne

Cette opération, dont le montant n'a pour l'heure pas été précisé, s'inscrit dans une "stratégie de poursuite de l’optimisation du portefeuille de Saint-Gobain".

Cette opération, dont le montant n'a pour l'heure pas été précisé, s'inscrit dans une "stratégie de poursuite de l’optimisation du portefeuille de Saint-Gobain". - AFP

Le fabricant de matériaux de construction Saint-Gobain a décidé de céder à un fonds d'investissement allemand, DIK Deutsche Industriekapital GmbH, sept sites de transformation de verre Glassolutions, tous basés en Allemagne.

Saint-Gobain réorganise une partie de son portefeuille. Le mastodonte français - qui emploie à ce jour 171.000 personnes dans 68 pays - a en effet décidé de céder une partie de ses activités germaniques. Dans un communiqué publié mardi, le groupe a indiqué avoir pris la décision de se séparer de sept sites situés à Brême, Flensbourg, Fribourg, Kiel, Murr, Potsdam et Rostock. Des sites qui emploient au total près de 350 personnes pour un chiffre d'affaires de 45 millions d'euros en 2019. ​

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

Recentrage stratégique

Cette opération, dont le montant n'a pour l'heure pas été dévoilé, s'inscrit dans une "stratégie de poursuite de l’optimisation du portefeuille de Saint-Gobain dans le cadre de sa nouvelle organisation visant à améliorer le profil de croissance et de rentabilité du groupe", détaille le communiqué.

Malgré ces cessions, Saint-Gobain Glassolutions restera présent en Allemagne "à travers ses grands sites de transformation de verre destinés en particulier aux clients industriels, ainsi qu'à travers ses sites ayant des compétences spécifiques, par exemple dans le domaine du verre solaire ou du verre bombé", précise l'entreprise.​

Le groupe français a publié fin février des résultats 2019 en hausse, avec une croissance des ventes et des bénéfices, soutenus par une amélioration de la rentabilité, dans un contexte économique qui se révèle pourtant moins porteur que les années précédentes.

Il a réalisé un chiffre d'affaires annuel de 42,6 milliards d'euros. Soit une hausse de 1,9% et de 2,4% en données comparables par rapport à 2018.​

JCH avec AFP