BFM Business

Safran se sépare d'une de ses filiales leader mondial

-

- - Safran

Safran a annoncé lundi la mise en vente de ses activités de détection, la "revue des options possibles pour assurer le développement des activités d'identité et de sécurité", et qu'il vise un chiffre d'affaires ajusté supérieur à 21 milliards d'euros en 2020.

La filiale Morpho de Safran, leader mondial de l'identification biométrique, des documents officiels, des cartes à puces et de l'identification automatisée par les empreintes, l'iris et le visage, emploie 8.600 salariés pour un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros, soit 10% des ventes de Safran.

L'équipementier aéronautique a indiqué lundi que son développement dans les années qui viennent "se fera sur les marchés de l'aéronautique et de la défense". Le chiffre d'affaires ajusté de Safran était de 17,4 milliards d'euros en 2015.

Safran voit du mieux partout

À l'horizon 2020, Safran vise trois objectifs: outre des ventes de plus de 21 milliards, le groupe table sur une marge opérationnelle courante ajustée supérieure à 15% et un "cash flow libre (flux de trésorerie disponible, ndlr) en très forte amélioration par rapport à 2015".

Le groupe explique que la période 2016-2020 sera en particulier marquée par plusieurs tendances avec le renouvellement de son principal produit, avec la transition des moteurs d'avions moyen-courriers actuels CFM56 vers ceux de nouvelle génération LEAP, "dont les effets sur la marge série se manifeste(ro)nt entre 2016 et 2020, en maintenant une marge globale de (l'activité) propulsion supérieure à 15% notamment grâce au dynamisme des services pour moteurs civils".

Safran table sur une "amélioration d'environ un point par an des performances opérationnelles des trois branches équipements, défense et sécurité" et vise un maintien pendant la transition d'une marge (résultat opérationnel courant ajusté rapporté au chiffre d'affaires ajusté) en ligne avec le record atteint en 2015, qui était de 14%. Enfin, Safran indique qu'il vise un cash flow libre représentant en moyenne sur la période 50% du résultat opérationnel courant ajusté.

N.G. avec AFP