BFM Business

Safran s'attend désormais à subir pleinement la crise du Boeing 737 MAX

Le groupe industriel français, qui a enregistré "d'excellentes performances" en 2019, s'attend à subir en 2020 les répercussions de la crise du Boeing 737 MAX dont il fournit la totalité des moteurs.

Safran sort d'une nouvelle année exceptionnelle. Le motoriste et équipementier aéronautique a dégagé un bénéfice opérationnel courant de 3,8 milliards d'euros, en hausse de 26,4% (24,6% hors effets de change et de périmètre) et a publié jeudi un résultat net de 2,5 milliards d'euros. Son chiffre d'affaires a augmenté de 17,1% à 24,6 milliards d'euros en 2019 (+9,3% en organique).

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

"C'est une très bonne année pour Safran en termes de croissance, de rentabilité et de génération de trésorerie", a affirmé le directeur général Philippe Petitcolin, cité dans un communiqué, en saluant "d'excellentes performances" malgré un "contexte difficile".

Chronique d'une révision annoncée

Les projections du groupe sont cependant moins optimistes pour cette année. Le groupe a en effet indiqué afficher des ambitions bien moindres pour 2020 "afin de tenir compte de la décision de Boeing d'un arrêt de la production du 737 MAX à compter de janvier 2020 et d'une reprise des livraisons estimées à mi-2020".

En 2020, "notre chiffre d'affaires devrait baisser très légèrement, entre 0 et 5%", a déclaré Philippe Petitcolin lors d'une conférence téléphonique. Le bénéfice opérationnel ajusté devrait lui continuer à croître "d'environ 5%", prévoit Safran, qui mise sur un flux de trésorerie disponible "supérieur" à celui de 2019, où il s'est élevé à 1,98 milliard d'euros.

En 2019, la crise du 737 MAX a en effet provoqué un "décalage de trésorerie" de l'ordre de 700 millions d'euros pour Safran, qui pâtissait de la non-livraison par Boeing des appareils à ses clients.

600 moteurs de moins en 2020

Selon les dernières estimations de Boeing, le MAX pourrait revoler à la mi-2020. La flotte mondiale de 737 MAX est clouée au sol depuis mars dernier après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.

En outre, si le groupe industriel français a décidé de revoir ses projections pour 2020, c'est bien parce que les moteurs Leap, produits par la co-entreprise CFM International entre Safran et l'américain General Electric, équipent la totalité des Boeing 737 MAX (Leap-1B) et plus de la moitié des Airbus A320 (Leap-1A).

Le groupe, qui a livré 1.736 moteurs Leap en 2019 (+55% par rapport à 2018), ne table plus que sur "l'hypothèse d'une production annuelle d'environ 1.400 Leap" en 2020, contre "2.000 prévus à l'origine", a par ailleurs indiqué Philippe Petitcolin.

"Le succès commercial de notre moteur Leap ne se dément pas. Le carnet de commandes affiche plus de 15.600 moteurs à fin décembre, dont près de 2.000 enregistrés en 2019", a-t-il ajouté.

A la suite de la réduction de la cadence de fabrication du 737 MAX à 42 appareils par mois, Safran avait déjà indiqué ne produire que "20 à 25" Leap-1B" par semaine. Les files d'assemblage de Boeing étant désormais à l'arrêt, Safran table sur une production de "10 moteurs Leap-1B en moyenne par semaine sur l'année" 2020. Une fois la fabrication du MAX relancée, Boeing mettra de longs mois avant de retrouver sa cadence d'avant crise qui était de 52 appareils par mois.

Pas d'impact lié au coronavirus?

Le groupe indique avoir également "adapté" (réduit) la production d'autres équipements du 737 MAX. Safran - qui fournit notamment des systèmes de freins, de câblage de toboggans d'évacuation, des cabines ou encore des systèmes de contrôle de vol de l'appareil - ne s'attend en revanche pas à subir d'impact de la crise du coronavirus sur ses activités au-delà de la fin mars.

Face à cela, Safran assure avoir mis en œuvre un "plan d'adaptation", comprenant "des économies sur les coûts directs, les frais généraux, un gel des embauches et une réduction des dépenses de R&D et d'investissements pour 2020".

Ces mesures représentent "environ 300 millions d'euros d'adaptation de nos dépenses", selon Bernard Delpit, directeur financier de Safran.

JCH avec AFP