BFM Business

Pour sauver Tata Steel, Londres va faire un (gros) geste

Tata Steel emploie 16.300 personnes au Royaume-Uni.

Tata Steel emploie 16.300 personnes au Royaume-Uni. - Lindsay Parnaby - AFP

"Le gouvernement britannique entend mettre en place un plan de soutien de "centaines de millions de livres" afin d'aider les éventuels repreneurs des activités de Tata Steel au Royaume-uni. "

Le gouvernement britannique va mettre la main à la poche. Ce dernier a en effet annoncé ce jeudi 21 avril un plan de soutien de "centaines de millions de livres" pour les repreneurs éventuels des activités de Tata Steel au Royaume-Uni, dont la mise en vente a entraîné une onde de choc dans le pays.

"Ce soutien financier sera adapté à la stratégie et aux besoins de financement du repreneur", a expliqué le ministère aux Entreprises dans un communiqué.

Les autorités devraient notamment financer les besoins d'endettement du ou des repreneurs, mais pourraient aussi prendre jusqu'à 25% des parts des activités rachetées. 

Principal employeur de la sidérurgie au Royaume-Uni, Tata Steel a annoncé fin mars la vente de ses activités britanniques, une décision qui a choqué dans un pays où ce secteur garde une place à part dans les coeurs depuis la Révolution industrielle sur laquelle il a bâti sa prospérité.

Le gouvernement Cameron accusé de double jeu

Le groupe indien emploie 16.300 personnes au Royaume-Uni, dont 4.400 pour son activité d'acier long qui doit être rachetée par le fonds britannique Greybull Capital. Aucun repreneur ne s'est en revanche fermement déclaré pour le reste des activités de Tata Steel dans le pays, qui emploient près de 12.000 personnes, dont plus de 4.000 sur le seul site gallois de Port Talbot.

Le gouvernement conservateur de David Cameron a été vertement critiqué après l'annonce de vente de Tata Steel pour n'avoir pas protégé autant que nécessaire l'industrie sidérurgique britannique, qui subit comme ses homologues européennes la concurrence d'acier à bon marché importé de Chine.

David Cameron et ses ministres ont même été accuséé d'avoir joué un double jeu en sapant des tentatives européennes d'élever des barrières commerciales vis-à-vis de la Chine à ce sujet, de façon à entretenir les bonnes relations de Londres avec Pékin.

Y.D. avec AFP