BFM Business
Industries

Michelin va commercialiser des coussins destinés aux services de réanimation

Des infirmières de la réanimation de l'hopital Delafontaine à Saint-Denis, le 29 décembre 2021

Des infirmières de la réanimation de l'hopital Delafontaine à Saint-Denis, le 29 décembre 2021 - ALAIN JOCARD © 2019 AFP

Contraint de réfléchir à sa diversification, le leader du pneu a déjà testé avec succès ses coussins dans 9 hôpitaux.

On ne l'attendait pas forcément dans l'univers de la santé... Michelin, le leader mondial des pneus, annonce ce jeudi qu'il va commercialiser des coussins gonflables pour les patients en réanimation.

Après avoir produit durant la crise du Covid des masques chirurgicaux, des visières de protection, des pièces 3D pour respirateurs artificiels, le groupe tricolore a testé avec succès dans 9 hôpitaux ses coussins contre les escarres.

Ils permettent d'améliorer le confort des patients en réanimation, en évitant les zones de frottement et vont être commercialisés sous la forme d'un kit de 7 coussins gonflables. Il s'agit en réalité d'une innovation développée en partenariat avec la société AirCaptif, une startup créée en 2017 et spécialisée dans les structures gonflables ultra légère, que le groupe a racheté fin 2021.

Nouveaux leviers de croissance

Pour Michelin, c'est une nouvelle manière de se diversifier car la santé peut être un nouveau levier de croissance. Un domaine un peu éloigné de son cœur de métier mais qui devrait générer plus de marges que le très concurrentiel marché du pneumatique.

L'entreprise, qui subit la concurrence asiatique sur ce secteur, cherche depuis plusieurs années de nouveaux axes de développement. Le groupe entend par exemple accélérer sur l’hydrogène en devenant l’un des leaders mondiaux dans la pile à combustible grâce à Symbio, une coentreprise qu’il a créée avec l’équipementier Faurecia.

Il a également présenté un projet d'aile gonflable et rétractable pour les navires marchands et de plaisance.

Si ces nouveaux créneaux ne représentent pour l’heure qu’une portion infime de son chiffre d’affaires, Michelin espère qu’elles pèseront entre 20 et 30% de son activité à l’horizon 2030.

Hélène Cornet avec Thomas Leroy