BFM Business

Macron dénonce "le dumping chinois" sur l'acier

Emmanuel Macron a rappelé que "le libre-marché à ses règles"

Emmanuel Macron a rappelé que "le libre-marché à ses règles" - Lionel Bonaventure - AFP

En déplacement dans une usine sidérurgique, le ministre de l'Économie a affirmé que l'Europe n'accepterait plus la politique de cassage des prix effectués par les entreprises chinoises, en surcapacités, sur l'acier.

Emmanuel Macron adopte un ton offensif face aux pratiques des entreprises chinoises sur l'acier. "Nous sommes au coeur d'une bataille contre le dumping chinois et le bon niveau de mobilisation, c'est le niveau européen", a expliqué le ministre de l'Économie à des journalistes, lors d'un déplacement dans une usine sidérurgique.

"Les Chinois vendent à perte et on n'acceptera pas ça", a-t-il ajouté, alors qu'un conseil européen consacré à la crise du secteur sidérurgique s'est tenu en début de semaine. "Le libre-marché a des règles" et "on a été trop laxistes", a encore assuré Emmanuel Macron, après avoir déclaré à un ouvrier durant sa visite que le dumping "c'est insoutenable".

Le bras de fer entre l'Europe et la Chine

Lundi, les ministres chargés de l'Industrie de l'Union européenne, réunis à Bruxelles, avaient pris acte de "gravité de la situation" et du "besoin de prendre des mesures qui assureront la pérennité du secteur" de l'acier, selon le ministre luxembourgeois Etienne Schneider, qui présidait la rencontre.

Ils avaient notamment décidé "d'intensifier les discussions" avec les principaux producteurs d'acier dans le monde tels que la Chine, la Russie, le Belarus, la Turquie ou l'Inde. Mais les 28 veulent aussi mieux utiliser les instruments à leur disposition pour protéger leur marché des distorsions observées et décourager des comportements visant à déséquilibrer les échanges.

L'Union européenne a déjà engagé un bras de fer avec Pékin sur cette question de l'acier et imposé en mars des taxes antidumping visant des produits en acier inox provenant de Chine. En mai, Bruxelles a ouvert une enquête antidumping sur les importations de certains produits en acier venant de Chine et de Russie, à la suite d'une plainte déposée par des représentants du secteur s'estimant victimes d'un préjudice.

L'Union européenne est le deuxième plus gros producteur d'acier au monde après la Chine, avec plus de 177 millions de tonnes produites par an, soit 11% de la production mondiale, selon des chiffres de la Commission. Quelque 40.000 emplois ont été perdus dans le secteur ces dernières années.

La Chine, dont l'économie a fortement ralenti, dispose désormais d'infrastructures surcapacitaires dans la sidérurgie et cherche à écouler une partie de sa production à l'international. Le géant de l'acier ArcelorMittal, frappé de plein fouet par la concurrence chinoise, avait lui-même appelé vendredi l'Union Europénne à lutter contre le "dumping" de la Chine, soulignant que les importations d'acier chinois en Europe avaient augmenté de "40%" au troisième trimestre.

J.M. avec AFP