BFM Business

Les ventes mondiales de PSA ont baissé de 10% l’année dernière

Le groupe français a notamment été plombé par ses faibles performances en Chine, mais aussi par un recul sur le marché européen. Au total, PSA a vendu l'an dernier 3,5 millions de voitures dans le monde en 2019.

Les ventes mondiales du groupe automobile français PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) ont chuté de 10% l'an dernier à 3,49 millions de véhicules, selon les résultats publiés ce jeudi. Et ce recul s’avère global.

Une situation stable en Europe

Les volumes ont en effet baissé sur les quatre principaux marchés du constructeur, notamment en Europe (-2,5%). Or ce marché concentre désormais 87% des livraisons de PSA. L'une des taches de Carlos Tavares avant de fusionner complètement avec Fiat-Chrysler sera notamment de ne pas laisser PSA dépendre uniquement de ce marché. C'est l'un des talons d'Achille du groupe depuis des années, l'une des raisons qui avait notamment été avancé pour expliquer ses très grosses difficultés financières en 2013.

En Europe, le groupe conserve cependant ses parts de marché (16,8%), dans une zone en très légère croissance (+1,2%). Après des années de rattrapage des ventes suite à la crise de 208/2009, le marché européen semble arrivé à un palier en 2019.

Et c’est Citroën qui sauve finalement la mise chez PSA, avec une hausse des ventes européennes de 1,2%. Parmi les 834.571 voitures aux chevrons vendues l’an dernier sur le continent, le SUV C5 Aircross explique notamment ces bons chiffres.

Les performances de DS sont aussi à souligner avec des volumes certes plus réduits. Et là aussi, c’est la stratégie du SUV qui fonctionne. Les ventes de DS ont progressé de 22,6% en Europe une année où a été lancé le petit SUV urbain DS3 Crossback. Dans le monde, les ventes de DS ont progressé de 17,4% à 62.512 voitures vendues. Sur cette marque premium, le véritable indicateur à suivre reste cependant la marge enregistrée sur chaque voiture vendue.

"Nous sommes mauvais" en Chine

La Chine, premier marché automobile mondial et grand marché pour PSA présent depuis très longtemps dans le pays, pose d’énormes problèmes au groupe français. Les ventes toutes marques confondues s’y sont effondrées de 55,4% l’année dernière. PSA vendait encore en 2018 262.583 voitures. Il en a écoulé à peine 117.000 en 2019.

"La Chine, nous sommes mauvais, nous n’avons pas été bons, nous avons perdu 75.000 voitures, a résumé ce matin sur BFM Business Jean-Philippe Imparato, directeur général de la marque Peugeot. Le trend n’a pas été à la hauteur de ce que l’on mérite. Nous sommes en train de revoir le réseau, les offres, le marketing, l’ensemble du business en Chine".

L’Iran plombe toujours les résultats

Autre facteur dont souffre toujours PSA: l’Iran. Sous la pression des sanctions américaines, la marque Peugeot avait dû quitter ce marché en 2018, marché qui comptait 450.000 véhicules vendus en 2017. Sur les quatre premiers mois de 2018, Peugeot y comptabilisait encore des volumes de ventes importants (144.000 unités) ramenés à zéro l'an dernier.

L’accent mis sur la rentabilité

Face à ces résultats en demi-teinte, toute la communication de PSA porte sur les marges, et l’argent gagné sur les véhicules vendus. Le constructeur français souligne qu'il poursuit une politique commerciale limitant les rabais, se concentrant sur des ventes rentables qui lui ont permis d'afficher un taux de profits parmi les meilleurs du secteur.

"Dans toutes nos régions, nos équipes sont complètement mobilisées sur la performance, les ventes rentables", a déclaré le président du directoire Carlos Tavares, cité dans le communiqué.

"Si je dois faire un arbitrage entre une voiture de plus et un mix famille qui va vers le haut, il est évident que je préfère avoir une belle 208, une belle 2008 sur la route, qu’une voiture moins sympa", a corroboré sur BFM Business Jean-Philippe Imparato.

Ce sont donc les indicateurs financiers qu'il faudra surveiller fin février, lors de la conférence annuelle des résultats. Et ce, alors que 2020 sera consacré à la construction du 4e groupe automobile mondial avec FCA. Au premier semestre 2019, PSA avait annoncé des résultats record, avec un bénéfice en hausse de 18%. La marge opérationnelle courante pour Peugeot, Citroën et DS, avait elle 8,5%, soit des chiffres plus courant sur le segment premium que chez les marques généralistes. 

les chiffres de ventes marque par marque

  • Peugeot a enregistré la plus forte baisse (-16,3%) à 1,46 million d'unités.
  • Citroën a davantage limité les dégâts (-5,1%), à 993.000 véhicules écoulés grâce à la bonne dynamique de sa gamme renouvelée en Europe.
  • Opel/Vauxhall a chuté de 5,9% à 977.000 unités. Opel avait vendu plus d'un million de voitures en 2018, mais subit en 2019 le renouvellement de modèles majeurs comme les Corsa et Astra.
  • La marque aux ambitions premium DS a vendu 62.500 voitures dans le monde (+17,4%).
Pauline Ducamp, avec AFP