BFM Business

"Les années exceptionnelles d'Airbus sont devant nous"

Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, était l'invité de l'Heure H ce mardi 12 janvier.

Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, était l'invité de l'Heure H ce mardi 12 janvier. - BFM Business

Le jour de la publication de résultats record de l'avionneur européen, Fabrice Brégier, son PDG, a assuré sur BFM Business que l'avenir sourirait encore plus à Airbus.

Airbus a publié d'excellents résultats. L'avionneur européen a battu à plate couture son concurrent Boeing en termes de commandes. Il a battu son propre record de livraisons. Et le groupe voit l'avenir encore plus rose: "Les années exceptionnelles sont devant nous", assure le PDG Fabrice Brégier ce mardi sur BFM Business.

"On renforce notre carnet de commandes, on va livrer beaucoup plus d'avions à partir de 2018-2019. En 2015, on a tenu tous nos objectifs, on a livré plus d'avions que jamais (635), on a eu 1036 commandes", s'est-il félicité. Avec 400 avions de plus, "le carnet de commandes atteint, au total, 1.000 milliards de dollars en valeur catalogue", a-t-il ajouté.

Des commandes en hausse qui obligent l'avionneur à augmenter les cadences de production. "Nous avons livré un A350, notre tout nouveau long courrier, à la toute fin 2014, 14 en 2015. Notre objectif est d'en livrer au moins 50 en 2016", confirme le PDG d'Airbus.

Boeing va garder son avance de livraisons

"C'est difficile, ce sont des appareils extrêmement compliqués, ils correspondent à 200 millions de dollars, reconnaît-il. Nous devons coordonner l'ensemble de nos partenaires industriels, mais l'avion est mature, et nous y parviendrons".

Quand bien même, aucune chance qu'Airbus n'atteigne les capacités de production de Boeing tout de suite. L'Américain devrait conserver son avance pendant encore deux ou trois ans. "Cet écart provient du fait qu'ils ont lancé le 787 plus de trois ans avant nous, donc ils sont déjà à des rythmes de production que nous n'atteindrons qu'en 2018-2019", souligne Fabrice Brégier.

Point noir de ces résultats, la quasi-absence de commandes d'A380. Mais le PDG d'Airbus voit quand même du positif. Airbus a livré 27 exemplaires de son très gros porteur cette année, ce qui lui a permis, "pour la première fois de l'histoire de l'A380", d'atteindre l'équilibre financier, s'enthousiasme-t-il.

Airbus assure toutefois avoir reçu une commande de trois A380, sans vouloir révéler le nom du commanditaire. "Nous avons eu un nouveau client en toute fin d'année pour trois nouveaux avions. Il annoncera lui-même dans le courant de l'année cette commande. Cela montre que nous sommes capables d'attirer de nouveaux clients", se borne à préciser Fabrice Brégier.

N.G.