BFM Business

Le principal avocat japonais de Carlos Ghosn démissionne

Ce mercredi, l’ancien procureur Motonari Otsuru qui défend Carlos Ghosn depuis son arrestation le 19 novembre au Japon a annoncé se retirer du dossier.

Ce mercredi, l’ancien procureur Motonari Otsuru qui défend Carlos Ghosn depuis son arrestation le 19 novembre au Japon a annoncé se retirer du dossier. - Kazuhiro NOGI / AFP

Ce mercredi, l’ancien procureur Motonari Otsuru qui défend Carlos Ghosn depuis son arrestation le 19 novembre au Japon a annoncé se retirer du dossier.

L’avocat japonais de Carlos Ghosn démissionne. Motonari Otsuru, qui assurait la défense de l’ancien patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, "a soumis une lettre de démission au tribunal", selon un communiqué du cabinet d'avocats.

Depuis le 19 novembre, jour de l'arrestation de l'ancien patron de Renault et Nissan, l'ancien procureur assurait la défense de Carlos Ghosn. Motonari Otsuru avait notamment assuré la défense de l’ex grand patron, lors de son unique comparution publique devant le tribunal de Tokyo, le 8 janvier dernier.

Surnommé "Le Confesseur" quand il était procureur, Motonari Otsuru avait été choisi car il connait tous les ressorts de la justice japonaise. Il avait notamment dirigé la brigade spéciale du parquet de Tokyo dédiée aux affaires financières, expliquait Le Point en novembre.

Changement de stratégie de défense

Ce changement d'avocat intervient dans un contexte de changement de stratégie de défense. Selon le quotidien the Sankei et l'agence Bloomberg, Carlos Ghosn aurait choisi Junichiro Hironaka pour remplacer Motonari Otsuru.

"Je suis impatient de pouvoir me défendre, avec vigueur, et ce choix représente pour moi la première étape d'un processus visant non seulement à rétablir mon innocence, mais aussi à faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à mon injuste détention", a expliqué Carlos Ghosn dans une déclaration à la presse.

La dernière demande de libération de Carlos Ghosn avait été refusée mi-janvier. 

Pauline Ducamp, avec AFP