BFM Business

La signature d'un contrat de 30 à 40 Rafale pour la Suisse en bonne voie

Le Rafale doit remplacer des F-5 Tiger et des F/A-18 Hornet

Le Rafale doit remplacer des F-5 Tiger et des F/A-18 Hornet - Dassault Aviation

La Suisse serait sur le point de signer avant fin juin un contrat de plus de 5 milliards d'euros pour l'acquisition de 30 à 40 Rafale.

Après l'Egypte et la Croatie, la Suisse sera-t-elle le troisième pays à signer un contrat de Rafale cette année? L'affaire serait sur la bonne voie et selon la presse helvétique, une décision officielle pourrait être annoncée fin juin, après la session du conseil national.

Une nouvelle fois, l'avion de Dassault a face à lui de sérieux concurrents. Le contrat d'un montant de six milliards de francs (5,5 milliards d'euros) porte sur 30 à 40 appareils. La confédération a reçu des offres pour l’Eurofighter Typhoon d'Airbus, le F/A-18 Super Hornet de Boeing et le F-35 de Lockheed-Martin.

Selon Le Matin, les deux offres américaines seraient déjà hors-jeu, la Suisse désirerait opter pour un appareil européen, moins coûteux et plus fiable. Mais lors d'une réunion de la Commission de politique de sécurité, lorsqu’une conseillère nationale s'interroge sur "l’étendue du champ opérationnel" de l'armée suisse, la réponse prend pour exemple le Rafale et ses 3700 kilomètres de portée sans même évoquer l’Eurofighter Typhoon.

"À Berne, les bruits de couloir sont de plus en plus convergents, qui laissent entendre que le Conseil fédéral serait en passe de choisir le jet français comme nouvel avion de combat", indique Le Matin.

Remplacer les F-5 Tiger vieux de 40 ans

D'autres indices tendent à montrer que le choix aurait été fait depuis plusieurs semaines. D'abord la rencontre en mars dernier entre Viola Amherd, conseillère fédérale, et Florence Parly, ministre française des Armées. Quelques semaines plus tard, Armasuisse annonçait l'acquisition du système de surveillance aérienne "SkyView" de Thales, qui est pleinement compatible avec le Rafale.

Les avions de combat français devront être livrés à l'armée de l'air et à la police aérienne entre 2025 et 2030. Ils doivent remplacer les F-5 Tiger en service depuis 40 ans et les F/A-18 Hornet qui datent de 1997.

Pour Dassault Aviation, cette nouvelle commande, si elle est validée, confirme une fois encore le succès à l'export du chasseur français. Elle porterait le nombre de ventes export, actuellement à 156 avec la commande croate à près de 200 appareils. D'autres discussions sont en cours avec l'Inde (110 appareils), l'Indonésie (36), les Emirats Arabe Unis (63) et la Finlande (64).

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco