BFM Business
Industries

La France s'offre l'un des plus puissants supercalculateurs d'Europe pour 25 millions d'euros

Ce supercalculateur sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay au mois d'avril pour être opérationnel en septembre 2019

Ce supercalculateur sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay au mois d'avril pour être opérationnel en septembre 2019 - Jean-Pierre Clatot - AFP

Ce nouvel équipement a une capacité de calcul supérieur à 14 pétaflops par seconde soit 14 millions de milliards d'opérations par seconde doublant la puissance de calcul disponible en France.

La France s'est dotée mardi d'un des plus puissants supercalculateurs d'Europe, un outil particulièrement précieux pour les simulations du changement climatique, l'étude des matériaux ou encore la biologie et qui, pour la première fois, fait la part belle aux chercheurs en intelligence artificielle.

"Le 21e siècle s'appuie tout entier sur le calcul pour comprendre, prévoir, innover, décider", a expliqué Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation à l'occasion de la cérémonie de signature du contrat avec Hewlett Packard Enterprise (HPE), chargée de la construction du supercalculateur.

Une machine "un peu particulière"

Egalement appelé superordinateurs, ils permettent de traiter de gros volumes de données et d'effectuer des calculs complexes, utilisés par exemple dans les prévisions météorologiques ou de catastrophes, la conception de nouveaux avions, de nouveaux médicaments... 

Appelé HPC-IA, ce nouveau bijou technologique, d'un coût de 25 millions d'euros, sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay en région parisienne au début du deuxième trimestre et devrait être accessible, sur projet, à partir de septembre.

"Cette machine est un peu particulière car elle va également être utilisée pour la recherche en intelligence artificielle", a expliqué le PDG du CNRS Antoine Petit. Son acquisition s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle lancée par le gouvernement en novembre dernier. Il va permettre aux chercheurs "d'optimiser les algorithmes, de tester leurs limites, comprendre comment ils marchent, ou dans certains cas pourquoi ils ne marchent pas", a expliqué à l'AFP Denis Veynante, directeur de la mission calcul-données du CNRS.

L'un des défis de l'intelligence artificielle consiste à donner aux ordinateurs la capacité d'apprendre à partir de données. "Or plus l'algorithme traite de données plus il apprend et plus il se perfectionne mais ces traitements sont très lourds", ajoute le directeur de recherche. L'HPC-IA est financé par GENCI, une société civile détenue à 49% par l'Etat, 20% par le CEA, 20% par le CNRS, 10% par les universités et 1% par l'Institut national de recherche dédié aux sciences du numérique (Inria).

Pascal Samama avec AFP