BFM Business

L'industrie navale craint une future crise, avec des commandes qui "se sont effondrées" à l'export

Philippe Missoffe, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales (Gican), souligne que le secteur maritime vit aujourd'hui sur le carnet de commandes existant et anticipe d'ici quelques années "une crise contracyclique".

La crise sanitaire n'épargne pas les constructeurs de navires. Le secteur maritime, surtout l'industrie navale, "a pas mal souffert ces dernières années, notamment avec la crise du Covid-19", a souligné ce mercredi matin Philippe Missoffe, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales (Gican), sur le plateau de BFM Business.

"Nous avons aujourd'hui un chiffre d'affaires qui est en baisse de 10%: on est passé de 12,5 milliards d'euros à 11,25 milliards d'euros. [Nous avons aussi] une baisse de 1500 emplois sur les 48.000 emplois qu'on avait précédemment", a précisé le dirigeant du syndicat professionnel, qui regroupe 215 industriels et organisations du secteur maritime français.

"Une entreprise du temps long"

Ces chiffres pourraient sembler peu élevés "contrairement à d'autres secteurs beaucoup plus touchés", mais "il faut savoir que, nous, nous sommes une entreprise du temps long et nos programmes s'étalent sur quelque fois 5, 10, 15 ans", a-t-il poursuivi. "Notre indicateur, ce sont les prises de commandes", or elles "se sont effondrées de 80% sur les commandes à l'export" en 2020.

"Ce qui veut dire qu'aujourd'hui on vit sur le carnet de commandes existant et que d'ici quelques années on risque d'avoir une crise contracyclique qui aura un impact important sur notre secteur", alerte Philippe Missoffe.

Emmanuel Macron a assuré mardi vouloir "refaire de la France une grande puissance maritime" lors des Assises de la Mer à Nice, dont le Gican est l'un des organisateurs. Le chef de l'Etat a notamment évoqué des aides pour accélérer la transition écologique des navires de commerce.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV