BFM Business
Industries

L'équipementier ferroviaire Valdunes lâché par son actionnaire, les salariés inquiets

Des trains RER sur la voie ferrée de Villeneuve-Saint-Georges, le 31 janvier 2022

Des trains RER sur la voie ferrée de Villeneuve-Saint-Georges, le 31 janvier 2022 - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP

MA Steel, unique actionnaire du dernier fabricant français de roues et essieux de trains, a annoncé qu'il "n'injecterait plus d'argent" dans l'entreprise.

Le groupe industriel chinois MA Steel, unique actionnaire du dernier fabricant français de roues et essieux de trains Valdunes, a annoncé qu'il "n'injecterait plus d'argent" dans l'entreprise, a-t-on appris vendredi auprès de la direction de l'équipementier et de la CGT, confirmant une information de France 3.

"MG Valdunes a tenu jeudi une assemblée générale en présence de son associé unique MA Steel, qui a annoncé qu'il n'allait plus mettre d'argent dans la société", a déclaré à l'AFP Daniel Cappelle, directeur des deux sites français situés à Leffrinckoucke et Trith-Saint-Léger (Nord), où sont employées 336 personnes.

Les salariés des deux sites se sont mis en grève pour une durée "illimitée" afin de protester contre cette annonce, a indiqué à l'AFP Philippe Lihouck, délégué syndical CGT, affirmant que la production était à l'arrêt.

"Les salariés ne savent pas ce qu'ils vont devenir, la situation est encore floue. Revente? Redressement judiciaire? Liquidation? On ne sait pas encore", a-t-il regretté.

336 salariés localisés dans le Nord

Mais "clairement, on craint la fermeture. Un actionnaire qui nous soutient depuis des années et qui nous dit +Maintenant, je ne vous mets plus un centime+ c'est plus qu'inquiétant", a-t-il poursuivi.

Selon Daniel Cappelle, Valdunes a désormais "la charge de travailler sur une continuité d'activité pour les mois qui viennent et de trouver les financements, les partenariats, voire d'autres actionnaires qui pourraient mettre au pot et accompagner" l'entreprise.

Une rencontre entre la direction de Valdunes et le ministère de l'Industrie est prévue le 17 mai, a précisé Daniel Cappelle, à l'issue d'un CSE vendredi.

"On nous parle tous les jours de souveraineté nationale. Délocaliser ou acheter des roues de train à l'étranger (comme le fait la SNCF), c'est inadmissible. Nous devons protéger l'emploi dans nos territoires", a réagi sur Facebook Marine Tondelier, élue locale et secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts.

Le groupe industriel chinois MA Steel avait été choisi en 2014 par le tribunal de commerce de Valenciennes pour la reprise des activités de Valdunes, alors en redressement judiciaire.

OC avec AFP