BFM Business

Enquête sur Lafarge: des ex-salariés syriens entendus par les juges

-

- - Franck Fife - AFP

""

Trois ex-salariés syriens de la cimenterie de Lafarge en Syrie ont été entendus cette semaine par les juges d'instruction chargés de l'enquête sur le groupe, mis en cause pour avoir indirectement financé des groupes armés dans le pays, dont l'organisation Etat islamique, a appris mercredi l'AFP de source proche de l'enquête.

L'enquête s'attache à déterminer les liens qu'a pu entretenir le géant du ciment, notamment avec l'EI, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit, la cimenterie de Jalabiya (nord du pays). Elle porte aussi sur la connaissance qu'auraient eu des responsables du groupe en France de tels accords et du danger qu'ils ont pu faire courir aux employés sur place.

Les anciens salariés confirment les éléments accablants

Au cours de leurs auditions, les anciens salariés ont confirmé "le caractère accablant des éléments qui pourraient être retenus contre Lafarge", a indiqué leur avocate Marie Dosé.

Il s'agit des premières auditions par les magistrats dans cette enquête pour "financement d'entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui", confiée en juin dernier à trois juges d'instruction.

Les ex-salariés, un informaticien, un ingénieur et un employé chargé des emballages dans l'usine, venus spécialement de Syrie pour répondre à la convocation des magistrats, ont été entendus pendant plusieurs heures lundi, mardi et mercredi, a précisé la source proche de l'enquête.

La direction en France a validé les paiements à l'EI

Le scandale avait été révélé en juin 2016 par une enquête du journal Le Monde qui avait mis en lumière de "troubles arrangements" entre Lafarge Cement Syrie (LCS), branche syrienne du groupe, et l'organisation État islamique alors que le groupe jihadiste gagnait du terrain et devenait incontournable dans la région.

Deux mois plus tard, le ministère de l'Économie avait déposé plainte, déclenchant l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, confiée au Service national de douane judiciaire (SNDJ). Dans son rapport, le SNDJ conclut que LCS a "effectué des paiements aux groupes jihadistes" pour que la cimenterie continue à fonctionner.

La direction française du groupe Lafarge, qui a fusionné en 2015 avec le suisse Holcim, "a validé ces remises de fonds en produisant de fausses pièces comptables", ajoute le SNDJ dans ce document, également révélé par Le Canard enchaîné et Le Monde.

N.G. avec AFP