BFM Business

Emmanuel Macron: "On va mettre une décennie pour rebâtir le tissu industriel"

Dans l'usine de Douvrin, dans le Pas-de-Calais, le 29 octobre 2013

Dans l'usine de Douvrin, dans le Pas-de-Calais, le 29 octobre 2013 - PHILIPPE HUGUEN © 2019 AFP

Dans son entretien à la presse régionale, Emmanuel Macron évoque la désindustrialisation de la France et les moyens d'y remédier.

La pandémie mondiale du covid a mis en exergue la dépendance à l'Asie de la France et de l'Europe en matière industrielle: santé, composants électroniques... La relocalisation des industries est alors devenu un leitmotiv mais cela prendra du temps estime le président de la République.

Dans son entretien à la presse régionale, Emmanuel Macron juge sévèrement la passivité des gouvernements successifs.

Nous avons tenu pendant des décennies un discours patriotique, sans les moyens. S’il n’y a pas de recherche, s’il n’y a pas d’investissement pour créer des usines, il n’y a plus d’industrie", souligne-t-il.

"Patriotes aux petits pieds"

"Ah, j’en ai entendu sur ces sujets de la part des patriotes aux petits pieds! Ceux qui vous disent: ’il faut faire des usines en France’, mais vous expliquent que les gens qui réussissent doivent être taxés, alors que la France est déjà l’un des pays d’Europe où la fiscalité est la plus élevée", ajoute-t-il.

Le locataire de l'Elysée estime néanmoins que des choses ont été faites pendant son quinquennat.

"Depuis quatre ans, nous avons baissé le coût du capital et la fiscalité sur l’investissement productif. Heureusement que nous avons réduit les impôts, y compris en supprimant la part anti-production de l’ISF. Notre pays dissuadait l’investissement. Il dissuadait aussi le travail et c’est pour cela que j’ai baissé l’impôt sur le revenu, augmenté la prime d’activité".

Et de conclure: "On a eu raison de stopper cette aberration qui conduisait nos entrepreneurs à s’installer à l’étranger: on aurait dû faire 10 ou 15 ans plus tôt. Nous avons malheureusement vécu à plein l’absurdité d’un modèle économique qui n’existait plus. On va mettre une décennie pour rebâtir le tissu industriel".
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business