BFM Business

EDF s'empare des réacteurs d'Areva 

EDF et Areva se rapprochent.

EDF et Areva se rapprochent. - Jean-Pierre Clatot et Shaun Curry - AFP

EDF signe avec Areva un protocole d'accord pour détenir in fine 51% à 75% de la division réacteurs d'Areva, Areva NP. Une cession qui valorise l'ensemble de la division à 2,7 milliards d'euros. L'ex-Holcim Bernard Fontana va prendre la tête d'Areva NP.

Cette fois, c'est fait. EDF et Areva sont tombés d'accord jeudi pour que l'électricien prenne le "contrôle majoritaire" de la branche réacteurs d'Areva, Areva NP, dans le cadre d'un partenariat global entre les deux groupes.

Cette cession, qui valorise l'ensemble de la division à 2,7 milliards d'euros, devrait donc rapporter quelque 2 milliards d'euros au spécialiste du nucléaire en grande difficulté financière, qui confirme qu'il aura besoin parralèlement d'une augmentation de capital "significative" pour combler ses besoins de financement d'ici à 2017, qu'il évalue à "environ 7 milliards d'euros".

EDF et Areva ont signé le 30 juillet un protocole d'accord" qui prévoit notamment "un contrôle majoritaire" par le premier d'Areva NP, qui regroupe les activités de construction et de services aux réacteurs, a expliqué EDF dans un communiqué, à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels.

Areva conservera "un maximum de 25%" de l'entité, tandis qu'EDF envisage in fine une participation "de 51% à 75%", avec "potentiellement la participation d'autres partenaires minoritaires", ajoute EDF.

Bernard Fontana prend la tête d'Areva NP

"Les parties se sont mises d'accord sur un prix indicatif" qui valorise Areva NP à 2,7 milliards d'euros et pourra encore "faire l'objet d'un ajustement", précise le groupe. L'objectif est de réaliser l'opération "courant 2016", indique Areva dans un communiqué distinct. 

Le spécialiste du nucléaire a par ailleurs annoncé jeudi l'arrivée de Bernard Fontana, ex-directeur général du cimentier helvétique Holcim, à la présidence d'Areva NP, sa division réacteurs en passe d'être cédée à EDF. Son arrivée, qualifiée d'"élément de solidité dans la période qui s'ouvre", est "envisagée au 1er septembre", a ajouté Philippe Knoche, directeur général d'Areva, au cours d'une conférence téléphonique.

Bernard Fontana a démissionné de son poste à la tête du cimentier suisse le 10 juillet, après le succès de la fusion avec le français Lafarge, conformément aux accords entre les deux groupes.

Offre ferme d'ici octobre ou novembre

Après des mois de négociations, une réunion mardi soir des dirigeants des deux groupes, sous l'égide du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, a permis de "trouver les bases d'un accord", ensuite examiné mercredi par le conseil d'administration d'Areva, selon des sources concordantes. EDF ne valorisait au départ Areva NP qu'à 2 milliards d'euros, tandis qu'Areva en réclamait 4 milliards, selon une source proche du dossier.

Hormis le prix, les ajustements de dernière minute ont notamment concerné les passifs (dettes) qui seraient repris ou non par EDF. L'Elysée avait tranché le 3 juin en faveur de cette solution, qui signe la fin du modèle intégré d'Areva - de l'extraction du minerai jusqu'au retraitement des déchets, en passant par la conception et la construction des réacteurs.

S'ouvrira maintenant une période de trois à quatre mois, pendant laquelle l'électricien, qui exploite les 58 réacteurs du parc nucléaire français, pourra examiner les comptes d'Areva NP en vue de formuler une offre ferme, d'ici octobre ou novembre.

Restez informé des dernières actualités d'EDF, d'AREVA ou de toute autre société cotée avec notre système d'alerte par mail et/ou par notification push sur votre mobile

V.R. avec AFP