BFM Business

Détroit d’Ormuz : « on joue avec le feu » prévient le patron de Vallourec

Invité sur le plateau de 12H, l’Heure H, Philippe Crouzet s’est félicité des bons résultats de son entreprise mais surveille de près les risques géopolitiques actuels.

La star de la journée ! Vallourec, géant des tubes sans soudure, rassure sur ses résultats au deuxième trimestre et s’envole en Bourse. A mi-journée, le cours a ainsi bondi de 15%. « La crise est derrière nous et il y a encore du potentiel pour le marché du pétrole » se félicite Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec, invité sur le plateau de 12H, l’Heure H, ce jeudi.

Il n’empêche, les risques géopolitiques pèsent sur l’activité de l’entreprise. A commencer par la guerre commerciale qui affecte « certains secteurs comme l’industrie mécanique » car « la Chine ferme ses marchés » explique-t-il. « Nous avons une usine allemande qui travaille essentiellement pour fournir le marché chinois. L’avenir de cette usine est remis en cause. »

L’autre grand sujet concerne les tensions entre Washington et Téhéran. « Potentiellement, c’est gravissime puisque plus d’un tiers de la production pétrolière et gazière mondiale passe par le détroit d’Ormuz. Le jour où ce détroit ne permet plus la libre-circulation, il va y avoir un problème » souligne Philippe Crouzet.

« Aujourd’hui, le prix du baril ne reflète pas ce genre de risques, ce qui signifie que les opérateurs considèrent qu’il y a des hommes raisonnables des deux côtés » poursuit-il. « Mais on ne sait pas très bien où tout cela va aller. On joue quand même avec le feu sur cette zone. » Et Vallourec n’a pas beaucoup de marges pour se préparer si les compagnies pétrolières décident d’arrêter les investissements du jour au lendemain. « On en est pas encore là » tempère Philippe Crouzet.