BFM Business
Industries

Début février, le porte-avions Charles de Gaulle lèvera l'ancre pour la Méditerranée orientale

Le porte-avions Charles de Gaulle.

Le porte-avions Charles de Gaulle. - BFMTV

Florence Parly a confirmé le départ pour la Méditerranée orientale du porte-avions Charles-de-Gaulle et son groupe aéronaval pour une mission baptisée "Clemenceau 2022".

Le porte-avions français repartira en mer Méditerranée le mois prochain pour participer notamment à la lutte contre le groupe Etat islamique (ou Daech) en Syrie et en Irak, a annoncé jeudi la ministre des Armées Florence Parly.

"Le porte-avions Charles-de-Gaulle et son groupe aéronaval reprend la mer tout début février : cette mission baptisée 'Clemenceau 2022' le conduira notamment à participer à l'opération "Inherent Resolve" qui lutte contre Daech au Levant", a-t-elle indiqué dans un tweet.
"Outil de puissance et d'influence hors normes, il participera par ailleurs à de nombreux exercices avec des marines partenaires et contribuera à notre appréciation autonome de situation, indispensable à une puissance d'équilibre comme la France", a-t-elle ajouté.

Environ un quart du trafic maritime mondial passe par la Méditerranée, a rappelé de son côté lors d'un point-presse l'amiral Gilles Boidevezi, préfet maritime et commandant de la zone maritime Méditerranée.

"Sur le théâtre libyen, certaines milices font du trafic d'armes vers le Sahel comme du trafic d'humains vers l'Europe", a-t-il souligné.

Frégates américaine, espagnole et grecques

Parmi les missions du GAN figureront la lutte antijihadiste en Irak et Syrie dans le cadre de l'opération Chammal et l'affirmation de "la liberté de circulation aérienne et maritime", selon l'amiral Boidevezi.

Le GAN sera escorté par une frégate américaine, une frégate espagnole, deux bâtiments grecs (une frégate, un sous-marin), et un hélicoptère NH90 belge. En Méditerranée centrale, une "interaction est prévue avec le porte-aéronefs italien puis avec un porte-avions américain", selon l'amiral.

Par ailleurs, certains moyens maritimes et aériens seront déployés en mer Noire et notamment en Roumanie, sans doute une frégate, pour participer à un exercice début avril. Et des avions feront des vols au-dessus de la mer Noire, a ajouté l'officier supérieur.

La frégate multi-mission (FREMM) Auvergne vient de passer trois semaines en mer Noire alors que la crise s'aggrave entre les Occidentaux et la Russie, accusée de préparer une opération militaire en Ukraine.

La Méditerranée orientale a pour sa part été le théâtre à l'automne dernier d'une crise diplomatique entre la France et la Turquie. Paris a notamment soutenu Athènes face aux ambitions gazières d'Ankara et un incident a opposé des bâtiments turc et français en juin 2020 dans la zone. L'amiral Boidevezi était cette semaine justement en Turquie, pour évoquer "les enjeux sécuritaires en région Méditerranée orientale et mer Noire" et les "possibilités de coopérations futures" entre les deux pays, selon l'Etat-major.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama avec AFP Journaliste BFM Éco