BFM Business

Crash de Séville: seule la France maintient l'utilisation de ses A400M

L'avion de transport militaire européen a été livré en 12 exemplaires.

L'avion de transport militaire européen a été livré en 12 exemplaires. - Johannes Eisele - AFP

L'armée française va continuer à utiliser ses A400M jugeant ne "pas avoir d'éléments à ce stade" pour les immobiliser. Après l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Turquie, la Malaisie annonce à son tour avoir décidé de cesser les vols le temps d'en savoir plus sur les causes de l'accident.

Au lendemain du crash mortel d'un A400M, survenu le 9 mai à Séville, encore aucune raison ne semble expliquer cet accident. Dans l'attente des résultats de l'enquête, chaque pays ayant réceptionné l'avion militaire d'Airbus prend ses décisions.

L'armée française a indiqué, ce 10 mai, continuer à utiliser sa flotte d'avions Airbus. "Nous n'avons pas d'éléments pour nous contraindre à arrêter notre flotte A400", a déclaré à l'AFP le colonel Jean-Pascal Breton, le patron du SIRPA Air, service de presse et de communication de l'armée de l'air.

"Nos avions ont une définition technique conforme validée par la DGA (Direction générale de l'armement, ndlr) et un entretien par nos mécaniciens. Nous ne ferons pas d'impasse sur la sécurité mais nous n'avons pas à ce stade de raison pour arrêter la flotte", a expliqué le colonel Jean-Pascal Breton.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que seuls les vols "prioritaires" en opérations seront autorisés.

"Nos A400 sont en opérations, seuls les vols extrêmement prioritaires en opérations seront autorisés", jusqu'à ce que nous ayons les éléments sur l'accident, a déclaré le ministre de la Défense, à l'issue d'une rencontre à Lorient (Morbihan) avec ses homologues allemand, polonais et espagnol.

La France dispose d'une flotte de six A400M et en a commandé 50 autres, dont quatre doivent être livrés en 2015. 

Des mesures de précaution

La Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Turquie et la Malaisie ont décidé immédiatement d'immobiliser temporairement leurs Airbus A400M.

"Par mesure de précaution", les avions A400M britanniques sont "temporairement immobilisés" depuis samedi, a précisé le ministère de la Défense.

L'armée allemande a également annoncé qu'elle suspendait les vols d'entraînement de son unique A400M "jusqu'à nouvel ordre".

"Nous attendons maintenant les résultats de l'enquête d'Airbus sur les raisons de l'accident de l'A400M à proximité de Séville", a déclaré un officier de presse des forces armées allemandes à l'AFP, indiquant être "en contact constant avec Airbus".

La Turquie, destinataire de l'appareil qui s'est écrasé samedi, a elle aussi suspendu les vols d'entraînement sur ses deux Airbus A400M "pour des raisons de sécurité", a rapporté dimanche l'agence de presse Anatolie.

Enfin, lundi 11 mai, la Malaisie a annoncé à son tour la suspension de ses vols d'entraînement de l'unique Airbus A 400M qu'elle détient. Le ministre de la Défense malaisien, Hishammuddin Hussein, à qui l'on demandait si l'armée de l'air allait suivre l'exemple de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et de la Turquie, a déclaré sur Twitter: "Oui, nous avons immobilisé le nôtre en attendant d'en savoir plus".

C.C. avec AFP