BFM Business

Coronavirus: après Lufthansa, Air France prend des mesures d'austérité

Mi-février, l'Organisation internationale de l'aviation civile avait déjà averti que la nouvelle épidémie pourrait entraîner une baisse de 4 à 5 milliards de dollars des recettes des compagnies aériennes mondiales.

Mi-février, l'Organisation internationale de l'aviation civile avait déjà averti que la nouvelle épidémie pourrait entraîner une baisse de 4 à 5 milliards de dollars des recettes des compagnies aériennes mondiales. - Pascal Pavani-AFP

Le transport aérien pâtit durement de la réduction drastique des voyages avec l'Asie et en Europe, provoquée par la diffusion de l'épidémie virale. Air France prend des mesures d'économies parmi lesquelles le gel des embauches et le report de campagnes de promotion.

L'effet des craintes liées à la propagation du coronavirus fait "tache d'huile" et les réservations aériennes en provenance de la France vers l'Asie, en excluant la Chine, se sont effondrées de 68,5% dans la semaine du 12 février, avait annoncé mardi 25 février le bureau d'études ForwardKeys. Résultat: les compagnies aériennes, déjà pénalisées par la suspension des vols sur la Chine, sont contraintes de prendre des mesures d'économies.

Après Lufthansa, qui gèle ses embauches et propose des congés sans solde, c'est au tour d'Air France, de se serrer la ceinture. Il y a une semaine, Air France-KLM avait déjà estimé entre 150 et 200 millions d'euros le manque à gagner dû à la suspension des vols du groupe vers la Chine de février à avril 2020 en raison de la propagation du Covid-19.

Le directeur financier d'Air France a écrit aux managers

Mais la diffusion de l'épidémie dans de nombreux pays en Europe, fait craindre un manque à gagner bien supérieur à la compagnie aérienne française, justifiant des mesures d'économies préventives.

Dans un courrier interne destiné aux directeurs d'Air France, que le quotidien Les Echos a pu consulter, le directeur financier de la compagnie, Steven Zaat, écrit: "plusieurs de nos clients Entreprises et Grands Comptes prennent en effet des mesures qui visent à limiter, voire interdire, les voyages de leurs collaborateurs. Les conséquences de ces mesures vont nécessairement infléchir notre trajectoire financière et pourraient nous mettre dans une situation de trésorerie difficile, si nous ne réagissions pas immédiatement."

Réduction des dépenses liées aux réceptions et aux consultants

En conséquence de quoi, il leur est demandé une réduction des dépenses non urgentes telles les réceptions ou le recours à des consultants, ainsi "qu'une poursuite du gel des embauches pour tous les services non directement liés aux opérations".

De même, les mesures d'austérité concernant le report de dépenses promotionnelles "non liées à la stimulation des ventes à court terme "En outre, "nous allons rapidement procéder à une revue de tous les investissements IT et immobiliers prévus dans la période à venir", écrit encore le directeur financier dans ce courrier

Toujours selon Les Echos, la compagnie KLM a envoyé une communication similaire à ses salariés, signée de la main du directeur financier Erik Swelheim, annonçant "un gel des embauches, une incitation à la prise de congés pendant la baisse d'activité et un tour de vis sur les dépenses pour tous les services administratifs".

Mi-février, l'Organisation internationale de l'aviation civile avait déjà averti que la nouvelle épidémie pourrait entraîner une baisse de 4 à 5 milliards de dollars des recettes des compagnies aériennes mondiales. Visiblement, les compagnies européennes se préparent au pire...

Frédéric Bergé