BFM Business

Bloqué par l'Allemagne, un Boeing 737 MAX de Norwegian est contraint d’atterrir en France 

Un Boeing 737 MAX de la Norwegian (Photo d'illustration)

Un Boeing 737 MAX de la Norwegian (Photo d'illustration) - Heikki Saukkomaa / Lehtikuva / AFP

Les autorités allemandes ont refusé l'entrée de l'appareil dans leur espace aérien. Le Boeing 737 Max qui effectuait un "vol de repositionnement" a finalement atterri à l'aéroport Paris-Vatry.

Il n’aura finalement pas pu rejoindre sa base. Après avoir été cloué au sol pendant trois mois, un Boeing 737 MAX 8 de la Norwegian parti ce mardi matin sans passagers de Malaga en Espagne a été contraint de modifier son itinéraire.

Comme en témoignent les images du site Flightradar24, l’appareil qui devait se rendre à Stockholm en Suède s'est mis soudainement à tourner en rond à proximité de la frontière franco-allemande. L’Allemagne refusait en effet qu’il pénètre dans son espace aérien.

Le Boeing a tourné en rond avant de rejoindre l'aéroport de Paris-Vatry
Le Boeing a tourné en rond avant de rejoindre l'aéroport de Paris-Vatry © Flightradar24

Atterrissage en France 

Pour rappel, les Boeing 737 MAX impliqués dans les crashs de la Lion Air et d’Ethiopian Airlines sont interdits de vol depuis la mi-mars. Mais quelques exceptions sont possibles. Dans le cas présent, Norwegian assure avoir eu l’autorisation de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) d’effectuer un "vol de repositionnement", c’est-à-dire un vol sans passagers pour rejoindre sa base. "Le plan de vol de l’appareil a été approuvé par Eurocontrol", poursuit la compagnie.

Malgré l'accord des autorités européennes, chaque pays demeure souverain. D'où la décision de l'Allemagne de refuser l'entrée de l’appareil dans son espace aérien. Une interdiction qui a contraint la Norwegian à revoir sa trajectoire. La France a finalement autorisé l’avion à se poser à l’aéroport Paris-Vatry "afin de se ravitailler". On ignore pour le moment quand il pourra repartir et par quelle route aérienne il va pouvoir rejoindre la capitale suédoise.

Paul Louis