BFM Business

Blanchisserie industrielle: Berendsen refuse l'offre de rachat d'Elis

Xavier Martire, président du directoire d'Elis.

Xavier Martire, président du directoire d'Elis. - Eric Piermont - AFP

Le français a proposé deux milliards de livres sterling (2,4 milliards d'euros). Pour le britannique, cette offre "sous-évalue très significativement Berendsen et ses perspectives".

Le groupe britannique de blanchisserie industrielle Berendsen a sèchement refusé jeudi une offre de rachat lancée par le français Elis qui le valorise deux milliards de livres sterling (environ 2,4 milliards d'euros).

Le conseil d'administration estime que cette nouvelle offre, après une première déjà rejetée la semaine dernière, "sous-évalue très significativement Berendsen et ses perspectives", selon un communiqué du groupe britannique qui ne voit pas matière à d'autres discussions avec Elis.

Berendsen estime que la tentative du français est "opportuniste", puisqu'elle intervient au moment où le britannique met en place un vaste programme d'investissement de 450 millions de livres dont les bénéfices futurs ne sont selon lui pas correctement valorisés par Elis.

Grandir grâce à des acquisitions

Le groupe français a proposé jeudi de racheter l'ensemble du capital du britannique, valorisé 11,73 livres par action, payé en cash et en actions nouvelles d'Elis, soit environ 2,05 millions de livres. Ce montant est supérieur de 36% au dernier cours de clôture de Berendsen à la Bourse de Londres.

Elis entend bâtir une société européenne de premier plan dans la location-entretien d'articles textiles et d'hygiène, en confortant la stratégie suivie depuis dix ans de grandir grâce à des acquisitions.

L'an dernier, Elis a réalisé un chiffre d'affaires de 1,7 milliard d'euros et dégagé un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 530 millions. Combiné à Berendsen, les ventes s'élèveraient à 3,1 milliards et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) à 960 millions.

D. L. avec AFP