BFM Business

ArcelorMittal va investir 92 millions d'euros à Dunkerque

ArcelorMittal continue d'investir dans l'acier en France

ArcelorMittal continue d'investir dans l'acier en France - -

Le groupe sidérurgique va investir 92 millions d'euros pour la réfection d'un hauts-fourneaux de Dunkerque. Il affirme sa volonté de se développer en France.

Six mois après la fermeture des hauts-fourneaux de Florange, ArcelorMittal investit massivement dans celui de Dunkerque. Le géant mondial de l'acier a annoncé, ce mercredi 9 octobre, qu'il allait affecter 92 millions d'euros à la réfection complète de l'un des trois hauts-fourneaux dont il dispose sur le site nordiste.

"Cet investissement confirme la volonté du groupe (...) d'investir dans la durée en France afin de consolider ses activités sur le territoire ainsi que sa stratégie en Europe et en France", a souligné Henri-Pierre Orsoni, le patron de la division Atlantique et Lorraine du groupe sidérurgique, cité dans un communiqué. 

La réfection de ce haut-fourneau de plus de vingt ans "confirme la capacité de production de 7 millions de tonnes de brames" (utilisé pour la fabrication des tôles) dont dispose le site de Dunkerque, qui continuera ainsi "à alimenter les usines du groupe à Florange et à Liège", a-t-il souligné.

"Avec les sites de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et de Dunkerque, la production d'acier liquide en France atteint 11 millions de tonnes et représente à elle seule 40% de la production européenne" d'aciers plats d'ArcelorMittal, a-t-il rappelé.

Le président va revenir tous les ans

Le groupe a récemment inauguré une nouvelle ligne de production d'aciers électriques sur son site de Saint-Chély-d'Apcher (Lozère), où il a investi 90 millions d'euros. A Florange, il a déjà engagé plus de la moitié des 180 millions d'euros prévus dans les accords passés avec le gouvernement il y a près d'un an. François Hollande s'est rendu sur le site lorrain il y a deux semaines et s'est engagé à y retourner tous les ans.

L'annonce d'ArcelorMittal intervient également à un moment où le leader mondial de l'acier perçoit un regain d'optimisme de la part de ses clients en Europe, où la demande d'acier a chuté de 20% depuis 2008.

Dans ses prévisions d'automne publiées lundi, la Fédération mondiale de l'acier (WSA) table sur un léger rebond de la demande d'acier en Europe en 2014 avec une hausse de 2,1%. En août, la production française d'acier brut a progressé de 21,7% sur un an.

Diane Lacaze & AFP