BFM Business
Industries

Airbus décroche un nouveau client en Chine qui lui commande 40 A320neo

Xiamen Airlines, une compagnie filiale du géant China Southern Airlines devient donc le 131e transporteur dans le monde à exploiter cet appareil.

Coup double pour Airbus en Chine. Non seulement l'avionneur européen a désormais un nouveau client dans le pays, Xiamen Airlines (une compagnie filiale du géant China Southern Airlines) mais en plus, elle décroche une commande ferme majeure de 40 appareils A320neo. Le montant du contrat n'a pas été communiqué.

C'est un nouveau succès pour Airbus dans le stratégique et colossal marché de l'empire du Milieu. Il faut dire que les compagnies aériennes (incitées par les autorités de Pékin) semblent privilégier depuis plusieurs mois l'avionneur au profit de son grand concurrent américain Boeing dans le segment crucial des mono-couloirs.

D'abord pour des raisons politiques résultant des tensions commerciales entre Washington et Pékin. Ainsi, la Chine n'équilibre plus ses commandes entre les deux avionneurs comme elle le faisait traditionnellement et bride ses commandes au géant américain.

Ensuite, les autorités chinoises sont échaudées par le crash d'un Boeing 737-800 de la compagnie China Eastern Airlines en mars dernier près de la ville de Wuzhou, dans la région du Guangxi. Les 132 personnes à bord ont péri.

Boeing de moins en moins en odeur de sainteté à Pékin

Rappelons en outre qu'en mars 2019, le pays avait été le tout premier au monde à ordonner à ses compagnies de suspendre les vols des appareils 737 MAX pour des raisons de sécurité.

L'annonce avait fait suite à deux accidents en quelques mois à l'étranger, qui avaient fait 346 morts.

Près de trois ans après ces déboires, la Chine avait été le dernier grand pays à lever l'interdiction de vol pour cet appareil. Boeing avait repris en février dernier ses livraisons à ses clients chinois après 15 mois d'arrêt, toujours à cause du dossier 737 MAX mais aussi suite à la crise sanitaire et à cause des contentieux commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis.

En 2018, Boeing avait livré près de 200 appareils à des compagnies chinoises. Depuis, le groupe a dû se contenter de livrer une poignée d'avions cargo et quelques appareils commandés par des sociétés de leasing.

Reste que ce duopole pourrait très bientôt être perturbé par le C919 du constructeur chinois Comac qui devrait très vite être autorisé à voler. Il s'agit en effet d'un appareil court-moyen courrier capable de transporter 158 à 174 passagers sur 4075 kilomètres, il viendrait alors concurrencer directement les populaires A220 et A320 d'Airbus et le 737 de Boeing.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business