BFM Eco

100% de plastiques recyclés: la promesse d'Emmanuel Macron est-elle réaliste?

Seulement 22% des déchets plastiques sont recyclés en France.

Seulement 22% des déchets plastiques sont recyclés en France. - Muriceangres-Pixabay-CC

Emmanuel Macron a rappelé son objectif de 100% de plastiques recyclés d'ici six ans en France. Un objectif qui sera difficile à tenir, alors que nous en sommes actuellement à 30%.

"Nous avons pris les engagements d'avoir 100% de plastiques recyclés d'ici 2025." Emmanuel Macron a rappelé cet engagement lundi lors d'une allocution devant le perron de l'Elysée. 

Mais la France peut-elle réellement envisager de n'avoir plus que du plastique recyclable dans les emballages qui sont vendus sur son territoire d'ici six ans?

La mission paraît difficile. Car le pays est en retard en la matière. Selon Eurostat, le taux de recyclage des déchets d'emballage en plastique en France se situait sous les 30% en 2015. Loin derrière des pays comme l'Allemagne (40 à 50%), la Suède (50 à 60%) ou encore la Lituanie (70%), le champion d'Europe en la matière.

Bref la France doit d'ici six ans faire de très gros efforts pour passer de 30 à 100% de plastiques recyclés mais ce n'est pas peut-être pas impossible. D'abord, il faut savoir que tous les plastiques peuvent en théorie être recyclés. Le problème c'est le coût du recyclage comparé au coût de production initial de la matière plastique. Recycler du polystyrène coûte beaucoup plus cher que de le produire. Résultat: personne ne le recycle, on préfère l'incinérer et en produire du nouveau.

"De nombreuses filières ne sont pas rentables, confirme Pierre Georgin, chargé d'étude pour la start-up CirculR spécialisée dans l'économie circulaire. Les plastiques de type PET (dont on fait les bouteilles d'eau et de Coca Cola par exemple) sont relativement bien recyclés, mais ce n'est pas le cas de nombreux autres plastiques de basse qualité (pots de yaourts, films, barquettes, dosettes,...). Il faut pousser les industriels à ne pas utiliser ces plastiques non-recyclables qui finissent majoritairement en décharge, avec des impacts particulièrement nuisibles sur l'environnement."

Cela va être le cas pour certains produits domestiques comme les coton-tiges ou les gobelets en plastique. A compter du 1er janvier 2020, ces produits qui sont actuellement en plastique ne pourront plus être vendus dans cette matière. "Cela va faire évoluer le marché vers d'autres types de matériaux compostables comme les bio-plastiques issus des végétaux", se félicite Pierre Georgin.

60% des emballages triés par les consommateurs

S'il faut donc pousser l'industrie à s'orienter vers des plastiques recyclables, il faut aussi encourager les particuliers à recycler. Aujourd'hui, 60% des emballages (plastiques, cartons...) sont triés par les consommateurs selon CirculR. L'objectif du gouvernement est de monter à 75% d'ici 2022. Et pour cela, il compte s'appuyer sur des initiatives privées comme celle de la start-up Lemon Tri qui met à disposition des bornes de collecte dans les supermarchés. Le consommateur qui ramène sa bouteille peut faire un don à une association ou recevoir un bon d'achat pour le magasin en échange de son geste.

Mais les pays les plus vertueux sont allés plus loin. Comme l'Allemagne et les pays scandinaves qui ont mis en place un système de consigne pour obliger les consommateurs à rapporter les bouteilles plastiques. Ils paient quelques centimes de plus à l'achat qui leur est remboursé au moment où ils rapportent la bouteille à la consigne pour qu'elle parte au recyclage. "Ça permet en plus à des gens de gagner un peu d'argent en rapportant à la consigne des bouteilles qu'ils trouvent", explique Pierre Georgin. Résultat: 98% des bouteilles plastique sont recyclées en Allemagne.

Mais mieux que les consignes pour le recyclage, la France pourrait promouvoir des consignes pour des produits plastiques qu'on pourrait réutiliser. C'est ce que propose les start-up Reconcil et Niiji avec des enseignes de restauration rapide, un secteur qui utilise beaucoup les emballages en polystyrène. Le concept: le fast-food vous propose pour deux euros un emballage en polypropylène pour votre repas. Le client est remboursé s'il rapporte son emballage qui est ensuite lavé à haute température et réutilisé. Des initiatives qui, promues par les pouvoirs publics, pourraient permettre d'approcher l'ambitieux objectif de 100% de plastique recyclé d'ici 2025.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco