BFM Business

10.000 emplois "confortés ou créés" dans l'automobile par le fonds de modernisation de Bercy

Avec 400.000 et 300.000 emplois, les filières industrielles de l'automobile et de l'aéronautique sont "des piliers de l'industrie française".

Avec 400.000 et 300.000 emplois, les filières industrielles de l'automobile et de l'aéronautique sont "des piliers de l'industrie française". - FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Avec 101 nouveaux projets soutenus par le fonds de soutien à la modernisation aux industries automobile et aéronautique lancé par Bercy, le nombre total de lauréats atteint un chiffre de 689 pour un montant de 580 millions d'euros.

La machine à relance est en marche. A ce jour, Bercy comptabilise 689 entreprises lauréates du "fonds de soutien à l'investissement productif" dédié aux industries automobiles et aéronautiques, deux secteurs particulièrement affectés par la crise. Le montant total des aides atteint 581 millions d'euros qui s'ajoutent aux investissements des entreprises, soit un total de 1,5 milliard d'euros.

"Ce plan va permettre à ces entreprises, dont 60% sont des PME et 23% d'ETI, de se moderniser et de fait pérenniser des emplois. Nous estimons que 10.000 emplois seront confortés ou créés par ce dispositif dans le secteur automobile", a précisé à BFM Business, le cabinet d'Agnès Panier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'industrie. Le nombre d'emplois dans l'aéronautique ne nous a pas été précisé.

Avec 400.000 et 300.000 emplois, les filières industrielles de l'automobile et de l'aéronautique sont "des piliers de l'industrie française".

"Ces deux secteurs ont été fortement impactés par la crise sanitaire, l'automobile avec la forte baisse du marché dans toute l'Europe et l'aéronautique avec l'arrêt massif et brutal du transport aérien", rappelle Bercy.

Une dernière vague de soutien en septembre

La sélection a été ardue et les entreprises candidates devaient prouver la viabilité de leur projet en confiant parfois des secrets industriels. Sur 1830 candidatures reçues de toute la France, moins de la moitié vont donc bénéficier de cette aide, soit 340 dans l'aéronautique (269,4 millions d'euros) et 349 dans l'automobile (311,6 millions d'euros). Les montants accordés va de quelques centaines de milliers d'euros à plusieurs millions selon les entreprises et les projets.

"Seul l'investissement va nous permettre de sortir de la crise, il est important de ne pas stopper la machine de l'innovation", expliquait récemment Agnès Panier-Runacher.

L'instruction des dossiers s'est faite à une cadence élevée, soit un par jour. Une première sélection a été faite en région avant d'être transmis aux experts de BPI France qui les ont étudiés un à un. Les entreprises sélectionnées recevront une partie du fonds pour démarrer leur projet.

"Le reste sera décaissé au fur et à mesure de l'avancée du projet. BPI France vérifiera la bonne utilisation des fonds contrôlera à chaque étape", nous a précisé le cabinet de la ministre de l'Industrie.

Cette vague de lauréats n'est pas la dernière. D'ailleurs, les 689 projets d'investissements productifs ne comptabilisent pas les dossiers déposés en juin. Le 7 septembre, Bercy dévoilera le bilan définitif de ce programme.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco