BFM Business

Ikea, Airbus, Apple, PSA... Ces entreprises qui doivent fermer leurs portes à cause du coronavirus

Hyundai a, par exemple, annoncé avoir pris la décision radicale "d'interrompre la production sur toutes les chaînes de montage de toutes ses usines de Corée".

Hyundai a, par exemple, annoncé avoir pris la décision radicale "d'interrompre la production sur toutes les chaînes de montage de toutes ses usines de Corée". - -

Face à la propagation du coronavirus, de plus en plus d'entreprises qui travaillent en Chine ou qui dépendent de la production chinoise sont contraintes de stopper leurs usines ou de fermer leurs magasins.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles… Face à la propagation du coronavirus, nombre d'entreprises sont contraintes de ralentir voire de stopper leur activité. De l'ameublement à l'industrie aéronautique, en passant par l'automobile, de nombreux secteurs sont ainsi touchés. Tour d'horizon des sociétés travaillant en Chine ou dépendant de la production chinoise qui ont décidé de fermer leurs portes. 

  • Apple ferme tous ses magasins en Chine jusqu'au 9 février

Le 1er février dernier, le géant californien déclarait avoir pris la décision de fermer tous ses magasins en Chine par principe de précaution et "sur la base des derniers conseils des principaux experts de santé". Parallèlement à cela, Apple a également précisé que ses bureaux, ainsi que ses centres de contacts demeureraient fermés jusqu'au 9 février inclus. Les achats sur le site internet de la marque restent, quant à eux, possibles.

  • Foxconn réduit ses prévisions de production d'iPhone de 10%

Le partenaire industriel d'Apple qui assemble les iPhone a, dans une note adressée aux investisseurs le 2 février dernier, indiqué qu'il prévoyait de son côté une chute de la production d'iPhone de 10% lors du 1er trimestre 2020. 

"Nous avons réduit les prévisions d'expédition d'iPhone à 36 millions d'unités au lieu des 40 millions prévus, soit deux millions de moins que le 1er trimestre 2019", a précisé Ming Chi Kuo, un analyste de TF Securities. Lequel a cependant admis que cette révision annoncée était difficile à prédire "en raison des incertitudes de l'épidémie de coronavirus et de la confiance des consommateurs".

  • Macao ferme ses casinos

Mardi 4 février, la région autonome de Macao située en Chine continentale annonçait la fermeture de l'ensemble de ses casinos. Une mesure visant à protéger la santé des personnes qui fréquentent les établissements de jeu, alors que cette pneumonie virale a déjà tué 490 personnes en Chine continentale.

  • Hyundai interrompt sa production en Corée du Sud

Mardi 4 février également, le premier constructeur automobile sud-coréen, qui dénombre 7 usines en Corée du Sud, annonçait dans un communiqué avoir pris la décision "d'interrompre la production sur toutes les chaînes de montage de toutes ses usines de Corée".

En cause, invoque Hyundai, le manque de pièces détachées provenant de l'une de ses usines en Chine, notamment de composants de câblage. La Chine est le principal fournisseur planétaire de pièces automobiles. Or c'est dans la ville de Wuhan - où la majorité des acteurs de l'industrie automobile chinoise se concentrent - qu'est apparue l'épidémie de coronavirus.

  • Renault et PSA prolongent la fermeture de leurs sites de Wuhan jusqu'à mi-février

Toujours dans le secteur automobile, le géant tricolore Renault a, pour sa part, indiqué qu'il allait prolonger jusqu’au 13 février prochain la fermeture de son unité de Wuhan. Laquelle emploie environ 2.000 personnes et devait, en principe, rouvrir le 10 février.

Même son de cloche du côté de PSA, qui avait déjà indiqué qu’il prolongerait jusqu’au 14 février la fermeture de ses trois unités d’assemblage de véhicules de Wuhan.

  • Ikea ferme 15 magasins en Chine jusqu'à nouvel ordre

Le 29 janvier dernier, le géant suédois de l'ameublement, présent en Chine depuis plus de 20 ans, annonçait la fermeture, jusqu'à nouvel ordre, de la moitié de ses 30 magasins situés dans le pays. Pour que cette décision n'ait pas trop d'impact sur ses salariés, le mastodonte de l'ameublement avait, dans la foulée, précisé que ces derniers conserveraient "l'intégralité de leur salaire".

Avec une trentaine de magasins, Ikea a réalisé en Chine 2,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2018.

  • Airbus et Safran ferment leurs usines

Coup dur également du côté de l'industrie aéronautique. Le constructeur européen Airbus a annoncé mercredi la fermeture de son usine d'assemblage de Tianjin (nord-est de la Chine). Le site en question est dédié à l'A320, l'avion star d'Airbus. Dans un communiqué, le groupe a souligné qu'il avait pris cette décision parce qu'"Airbus Chine respecte les exigences du gouvernement chinois pour que le personnel travaille à domicile et facilite l'équipement informatique afin que les employés de tous les sites, y compris Tianjin, n'aient pas besoin de se rendre au travail dans la mesure du possible".

De son côté, le groupe industriel français Safran, qui emploie 2.500 personnes en Chine, n’a pas ré-ouvert ses usines après la trêve du Nouvel an chinois le 3 février, et celles-ci n’ouvriront pas avant le 10 février, à la demande des autorités chinoises. .

  • Cathay Pacific invite ses 27.000 employés à prendre des congés sans solde

La compagnie aérienne Cathay a demandé ce mercredi à ses 27.000 employés de prendre un congé sans solde pendant trois semaines. C'est ce qu'a annoncé son patron Augustus Tang Kin-wing, alors que le groupe doit composer avec les conséquences de l'épidémie du nouveau virus.

Dans un message vidéo adressé à ses collaborateurs, ce dernier leur a demandé de faire cet effort pour aider la compagnie.

J.C-H