BFM Business

Exotrail: le propulseur de satellites

-

- - Exotrail SA

La start-up française Exotrail, spécialisée dans la propulsion électrique des petits satellites, vient de lever 3,5 millions d'euros pour se développer. C'est la plus importante levée de fonds réalisée dans ce secteur en Europe. Le marché des petits satellites est en pleine expansion. Il est estimé à plus 30 milliards d'euros d'ici 10 ans.

Les petits satellites sont en train de s'imposer dans l'industrie spatiale. Beaucoup plus petits et légers, ils sont par conséquent plus simples à fabriquer, moins chers, et plus facile à lancer. Taille moyenne de ces « cubes» : quelques dizaines de centimètres de côté pour une masse comprise entre 1 et 150 kg.

Ces petits satellites sont utilisés en constellations pour délivrer des services d’observation, de télécommunication dans des domaines variés (internet des objets, l'agriculture ou défense). Mais ils recèlent encore une faiblesse: leur propulsion. C'est là qu'intervient Exotrail. « Car envoyer un petit satellite sans propulsion » , explique David Henri, le cofondateur de entreprise, « c'est comme envoyer une pierre dans l'espace». Comment les diriger dans le vide spatial?

La start-up française à mis au point un petit moteur électrique qui utilise l'énergie produite par les panneaux solaires. Il brûle de très petites quantité de gaz à travers un champs magnétique (effet Hall). Une technologie, explique la société, qui délivre une poussée 3 à 6 fois supérieure à celle de ses concurrents. Une aubaine pour les clients, leur satellites arrivent à destination plus rapidement. Ainsi équipés, il leur est possible d'atteindre des orbites très précises, de les rectifier, d’éviter des collisions ou encore de revenir dans l'atmosphère à la fin de leur mission. C'est ce qu' Exotrail appelle « l'espace agile ».

3 millions et demi levés en 5 mois

Preuve du vif intérêt que suscite « le new space » chez les investisseurs, Exotrail a rapidement trouvé un financement: 3,5 millions d'euros en 5 mois. Principalement auprès de 360 Capital Partners et de Bpi.

L'Entreprise va devoir maintenant transformer l'essai car si sur le papier et dans les labos tout est prêt il s'agit maintenant de tester le moteur en conditions réelles. Exotrail doit livrer les premiers exemplaires d'ici une quinzaine de mois. La levée de fonds que vient d'effectuer le groupe va lui permettre d’éprouver sa technologie, d’étoffer ses effectifs et sa gamme de moteurs. Sur le long terme, les perspectives sont fascinantes...

On peut commencer à imaginer des satellites autour desquels graviterait toute une armada de micro satellites tels des poissons nettoyeurs. Tous chargés d’assurer des opérations de maintenance ou des partages de tâches. Tout un univers de nouveaux services spatiaux, sur lequel Exotrail réfléchit déjà.

Jean-Baptiste HUET