BFM Business

Vidéo : Petroplus en liquidation judiciaire mais pas (encore) condamné

Le tribunal de commerce de Rouen n'a retenu aucune des deux offres de reprise de la raffinerie de Petit-Couronne

Le tribunal de commerce de Rouen n'a retenu aucune des deux offres de reprise de la raffinerie de Petit-Couronne - -

Le tribunal de commerce de Rouen a rejeté les deux seules offres de reprise de la raffinerie de Petit-Couronne. Mais les juges ont donné jusqu’au 5 novembre pour que de nouveaux repreneurs se fassent connaître. D’ici là, la raffinerie poursuit son activité. Reportage de Guillaume Hoair, Ikram Kohikech et Fabien Crombé

La raffinerie de Petit-Couronne a encore une chance de ne pas fermer. Le tribunal de commerce de Rouen s’est bien prononcé ce mardi 17 octobre pour la liquidation de la raffinerie Pétroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, mais il a accordé un nouveau délai pour permettre à d’éventuels repreneurs de se faire connaître. Ils ont ainsi jusqu’au 5 novembre pour le faire.

En attendant, l’activité de la raffinerie va se poursuivre. Le site tourne en effet depuis le mois de juin, grâce à une contrat de six mois passé avec le groupe Shell, son ancien propriétaire.

Les juges n'ont donc pas retenu les offres de reprises du site déposées par les sociétés Alanfandi Petroleum Group (APG) et Net Oil, malgré le délai de réflexion qu’il s’était accordé.

Le site, qui emploie près de 400 personnes, est placé en redressement judiciaire depuis le 24 janvier.

Coralie Cathelinais et Reuters