BFM Business

Veolia signe un contrat à 3,3 milliards d'euros avec le chinois Sinopec

Veolia va gérer le traitement de l'eau du site du pétrolier Sinopec à Yanshan, près de Pékin.

Veolia va gérer le traitement de l'eau du site du pétrolier Sinopec à Yanshan, près de Pékin. - AFP - Kenzo Tribouillard

Le groupe français va prendre en charge pendant 25 ans le traitement de l'eau du site pétrochimique de Yanshan, près de Pékin.

Il s'agit de son plus gros contrat avec un industriel chinois. Veolia a conclu un accord à 3,3 milliards d'euros avec le groupe pétrolier chinois Sinopec pour le traitement de l'eau pendant 25 ans de son site de Yanshan, près de Pékin, selon une information publiée mercredi par Les Echos

Cet accord "représente un chiffre d'affaires de 131 millions d'euros annuels (3,3 milliards d'euros sur 25 ans), qui en fait notre deuxième plus gros contrat industriel au niveau mondial derrière Novartis", a expliqué au quotidien économique Antoine Frérot, le PDG du groupe français, précisant que la prise en charge du traitement par Veolia commencerait "dès ce mois".

Veolia "aura pour objectif d'optimiser la consommation d'eau sur le site et d'accroître le taux de recyclage de l'eau", a indiqué le groupe français dans un communiqué publié jeudi.

Une coentreprise à 50-50

Le complexe de Yanshan est l'un des principaux sites de fabrication de nombreux produits dérivés du pétrole, comme le caoutchouc, la résine, l'éthylène ou l'acétone. Veolia y gère déjà depuis 2006 des installations de gestion des eaux usées. La gestion des déchets toxiques restera elle aux mains de Sinopec.

Pour porter ce contrat, les deux groupes vont créer une joint-venture dont les bénéfices et les charges seront répartis à 50-50 mais dont Veolia aura le contrôle opérationnel. La coentreprise, dénommée Beijing Yanshan Veolia Water et qui devrait compter 800 personnes dès août, sera consolidée dans les comptes de Veolia dès le second semestre.

Le groupe français a de grandes ambitions dans le pays, où il espère doubler son chiffre d'affaires consolidé d'ici 2018. L'an dernier, ce chiffre s'est élevé à 600 millions d'euros. Le groupe gère actuellement 60 contrats dans 40 villes et compte 14.200 collaborateurs dans le pays. Il assure la gestion de l'eau et des déchets, classiques et dangereux, pour les villes et les industriels.

Ma. G.