BFM Business

Vente de six EPR à l'Inde: Paris espère un accord définitif "avant la fin de l'année"

L'EPR de Flamanville (image d'illustration)

L'EPR de Flamanville (image d'illustration) - Charly Triballeau - AFP

EDF et la Nuclear Power Corporation of India ont signé samedi à New Delhi un accord portant sur le schéma industriel du projet de centrale de Jaitapur. L'objectif est de débuter les travaux à la fin 2018.

Au premier jour de la visite en Inde du président Emmanuel Macron, les contrats pleuvent. La France a dit samedi son espoir de conclure "avant la fin de l'année" la vente de six réacteurs nucléaires de type EPR à l'Inde, un dossier en négociations depuis près d'une décennie.

EDF et la Nuclear Power Corporation of India (NPCIL) ont signé samedi à New Delhi un accord portant sur le schéma industriel du projet de centrale de Jaitapur (sud-ouest). "Nous espérons une signature définitive d'accord avant la fin de l'année", a-t-on indiqué à l'Élysée.

Le plus grand projet de centrale nucléaire au monde

"L'accord rend une marche arrière très difficile" pour la partie indienne, a estimé la présidence française, ajoutant que la signature de samedi "démontre la volonté" du Premier ministre indien Narendra Modi "d'avancer sur le sujet". "Une fois achevé, le projet de Jaitapur constituera la plus grande centrale nucléaire du monde avec une capacité totale de 9,6 GW", précisent les deux dirigeants. "En plus de la fourniture d'énergie renouvelable, elle (la centrale) permettra à l'Inde d'atteindre son objectif de 40% d'énergie non fossile d'ici à 2030", selon la déclaration commune.

Le président français et le Premier ministre indien Narendra Modi ont "encouragé EDF et NPCIL à accélérer les négociations contractuelles" en ce sens, en réaffirmant "l'objectif de débuter les travaux fin 2018". Ce dossier très complexe est en négociation depuis une décennie et suscite une contestation locale en raison de craintes environnementales. Une manifestation de villageois s'est d'ailleurs tenue samedi sur le site.

Un dossier en négociation depuis 10 ans

Lors de la précédente visite d'un président français en Inde, François Hollande en janvier 2016, EDF et NPCIL avaient notamment signé un protocole de coopération relatif à la construction de six EPR à Jaitapur. Ce dossier est présenté comme le plus grand projet de centrale nucléaire au monde. Il suscite une contestation locale en raison de craintes environnementales.

"Nous sommes fiers d'accompagner la transition énergétique de l'Inde", a tweeté Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF après la signature de l'accord.

L'EPR est un réacteur nucléaire à eau pressurisée de troisième génération. EDF en construit deux exemplaires à Taishan (Chine), un en France à Flamanville (Manche) et doit encore construire deux réacteurs à Hinkley Point (Angleterre).

Les annonces commerciales sont à prendre avec précaution en Inde, où l'environnement des affaires est notoirement compliqué et lent. Le pays a bondi de trente places dans l'index de facilité des affaires de la Banque mondiale, mais pointe tout de même à la 100e place.

La rédaction avec AFP