BFM Business

Une ville de l'Eure adopte un drôle de transport scolaire 100% écolo

Dans l'Eure, trois Cyclo-bus de la société S'cool bus assurent le ramassage scolaire des enfants de Louviers (image d'illustration)

Dans l'Eure, trois Cyclo-bus de la société S'cool bus assurent le ramassage scolaire des enfants de Louviers (image d'illustration) - Charly Triballeau - AFP

Une collectivité normande située au sud de Rouen est devenue la première de France à financer des "cyclo-bus" scolaires permettant aux enfants de se rendre à l'école sans polluer.

Pédaler pour ne pas polluer. Depuis la fin des vacances de Noël, des élèves d'une école de Louviers (Eure) se rendent en classe à l'aide de cyclo-bus, sortes de rosalies adaptées à la route. Soutenu par la Communauté d'agglomération Seine-Eure, qui regroupe 37 communes, ce projet a été initié par trois ex-étudiants rouennais qui ont découvert le véhicule aux Pays-Bas.

Après avoir ramené plusieurs exemplaires en France et s'être formés auprès de leur concepteur, Amaury Piquiot, Vincent Guézon et Édouard Fosse ont profondément modifié le véhicule de base. Les cyclo-bus français ont été dotés d'une assistance électrique et de dispositifs permettant d'éviter leur retournement. Considérés comme des quadricycles, ils ont même été homologués par le ministère de l'Écologie et des Transports rapporte L'Express

La ville de Rouen a refusé le projet, Louviers l'a adopté 

Un temps réunis en association, les jeunes entrepreneurs ont mené une expérience pilote de 24 mois avec deux écoles (l'une publique, l'autre privée) de Rouen. En dépit des retours positifs des parents d'élèves, la ville de Rouen et la métropole n'ont pas adhéré au projet. Ce qui a conduit les trois associés à aller le proposer ailleurs indique l'AFP. 

Labellisée "territoire à énergie positive pour la croissance verte" par le ministère de l'Environnement, la Communauté d'agglomération Seine-Eure a saisi la balle au bond et a utilisé une partie de sa subvention d'État pour financer l'expérience.

Grâce à cette aide de l'État, un contrat de deux ans a pu être signé entre la collectivité et l'entreprise "S'cool bus" pour un montant de 170.000 euros, permettant à Amaury Piquiot, Vincent Guézon et Édouard Fosse, jusqu'à présent bénévoles, de se verser un Smic tous les mois. 

Un trentaine d'enfants transportés chaque jour 

À Louviers, les trajets d'un peu moins de 4 kilomètres ont débuté depuis la rentrée, à l'issue des fêtes de fin d'année. Trois cyclo-bus, conduits par les co-fondateurs de l'entreprise, circulent sur trois parcours différents. Ils embarquent chacun une dizaine d'élèves issus de classes allant du CP au CM2. Équipés d'un casque bleu et d'un gilet jaune fluo, les enfants pédalent avec entrain malgré les températures hivernales et roulent, selon l'AFP, à une vitesse d'environ 15 km/h. 

"Leur produit est bon et les parents comme les enfants sont très enthousiastes" commente Marc Monnier, directeur des politiques durables de la communauté d'agglomération. À l'avenir, ce bus à pédales -nullement réservé aux enfants- pourrait être déployé dans d'autres villes de France. Selon Vincent Guézou, le gérant de "S'cool bus", les villes de Grenoble et Lille ainsi qu'une commune proche de Lyon seraient intéressées. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV