BFM Business

Le vélo électrique ravit les Français 

(image d'illustration)

(image d'illustration) - Matthieu Luna - Flickr - CC

"Symbole par excellence de la "mobilité durable", le vélo à assistance électrique a franchi un cap symbolique en France. Il s'en est vendu 100.000 exemplaires en 2015. 25 fois plus qu'il y a 10 ans. Mais les Français arrivent encore loin derrière les Allemands."

Les Français sont attachés à la petite reine. Le vélo est même leur deuxième activité sportive préférée selon la Fédération professionnelle des entreprises du sport et des loisirs et le syndicat Univélo, qui représente les intérêts des équipementiers et fabricants de cycles en France. 

Et selon l’Observatoire du cycle qu'éditent chaque année ces professionnels, si le nombre de vélos neufs vendus en 2015 a peu progressé (+0,5% contre 7% entre 2013 et 2014), le prix moyen de ces derniers a fait un bond important. Le chiffre d'affaires global a en effet progressé de 4,5% par rapport à 2014. Il flirte désormais avec le milliard d'euros (961,6 millions d'euros). Une performance qui s’explique par l’engouement croissant des Français pour le vélo à assistance électrique. Un produit qui coûte quasiment quatre fois plus cher qu’une "simple" bicyclette.

100.000 vélos à assistance électrique vendus en 2015

L'an passé, ces vélos qui permettent de pédaler sans se fatiguer, tant au démarrage que dans les côtes ont passé un cap symbolique. Il s'en est vendu 100.000 exemplaires, ce qui a permis de générer 88,4 millions d'euros de chiffre d'affaires. 

Depuis son introduction sur le marché français, le vélo électrique a vu ses ventes multipliées par 25 en une dizaine d'années, comme le montre le graphique ci-dessous. 

Un mode de transport subventionné pour être compétitif

Alors que le coût moyen d'un vélo de ville est de 217 euros, le prix d'achat d'une bicyclette à assistance électrique se situe lui aux alentours de 995 euros. Un surcoût justifié par la technologie mise en oeuvre. Ces vélos sont dotés d'un moteur électrique et d'un batterie rechargeable offrant une autonomie de plusieurs dizaines de kilomètres.

Pour tenter de réduire cette différence de prix qui peut rebuter le consommateur, de nombreuses municipalités ont décidé de subventionner ce mode de transport. À Paris, Anne Hidalgo a par exemple décidé de remettre à chaque cycliste équipé d’un vélo électrique, un chèque correspondant à un tiers de son prix d’achat (dans la limite de 400 euros).

En application de la loi de transition énergétique, dite "loi Royal", les salariés se déplaçant à vélo peuvent également prétendre au remboursement de leurs frais kilométriques. Un décret paru au Journal officiel encadre le versement de cette indemnité, fixée à 25 centimes du kilomètre parcouru. 

Malgré ces mesures visant à encourager la pratique du vélo, le marché français reste encore relativement limité. Outre-Rhin, ce sont environ 800.000 exemplaires de vélos à assistance électrique qui sont vendus annuellement. 

Antonin Moriscot