BFM Business

Une copropriété à Paris se passe (presque) d'EDF grâce au solaire

Couplée à une rénovation thermique et à une gestion intelligente des consommations, 90 mètres carrés de panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit d'une copropriété privée au cœur de Paris.

Couplée à une rénovation thermique et à une gestion intelligente des consommations, 90 mètres carrés de panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit d'une copropriété privée au cœur de Paris. - MyLight Systems

90 mètres carrés de panneaux photovoltaïques installés sur le toit assurent une partie de la consommation électrique. Cette copropriété privée a aussi été isolée et un système intelligent régule la demande d'électricité selon la production d'énergie solaire.

L'énergie solaire n'est pas réservée qu'aux immeubles neufs ou récents. Construite avant-guerre, une petite copropriété privée du 15ème arrondissement à Paris consomme désormais toute l'électricité solaire qu'elle produit.

Ses 90 mètres carrés de panneaux photovoltaïques installés sur le toit couvre en moyenne, entre 50% et 80% des besoins en électricité du bâtiment qui abrite trois appartements privés et un bureau. Il aura fallu 30 mois entre le dépôt de la déclaration préalable de travaux et le branchement du dernier appartement pour aboutir à ce mode "autoconsommation". L'enjeu consistait à accroître l’autonomie énergétique du bâtiment grâce aux panneaux solaires mais aussi au pilotage de la demande d'énergie et à la rénovation des appartements et des parties communes.

"Ce bâtiment en autoconsommation solaire intelligente participe aux objectifs du plan climat énergie de Paris d’atteindre, à l’horizon 2020, 25 % d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique de notre territoire" assure Célia Blauel, adjointe à la mairie de Paris.

-
- © Il aura fallu 30 mois entre le dépôt de la déclaration de travaux et le branchement du dernier appartement au système de production d'énergie solaire. MyLight Systems

Pour améliorer l'isolation thermique, l'immeuble a fait l'objet d'une rénovation "lourde". Les murs ont été isolés avec de la laine de chanvre et les fenêtres d'origine (en simple vitrage) ont été remplacées par des huisseries en bois plus isolantes. S'y ajoutent des pompes à chaleur et un éclairage LED à faible consommation. Coût total de ces travaux d'isolation et de rénovation: 1.500 euros le mètre carré, selon un document de l'agence parisienne du climat de la mairie de Paris.

Mais, c'est surtout le pilotage "intelligent" de l'énergie qui distingue cette installation. Son principe consiste à réduire la demande en énergie en l'adaptant à l'intermittence de la production d'énergie solaire, régulée au moyen de micro-onduleurs. La start-up française MyLight Systems a installé son système basé sur un algorithme capable de deviner la consommation et la production énergétiques du bâtiment, selon les habitudes des foyers qui l'habitent et les prédictions d’ensoleillement.

Chaque habitant se voit informé de la proportion de l’électricité produite en local dans le total qu’il consomme, ce qui a la vertu de le sensibiliser à la nécessité de maîtriser sa consommation d’énergie pour moins dépendre du réseau électrique public.

Selon l'agence parisienne du climat de la capitale, la fourniture et l'installation des 90 mètres carrés de panneaux solaires de cette copropriété (fixations, micro-onduleurs qui régulent la production d'énergie et le système de gestion d'énergie) ont coûté 35.000 euros.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco