BFM Business

Transition énergétique: le "vrai débat" ne commencera pas avant janvier

La ministre de l'Ecologie DElphine Batho estime qu'il est essentiel de discuter de l'organisation avant d'entrer dans le débat de fond

La ministre de l'Ecologie DElphine Batho estime qu'il est essentiel de discuter de l'organisation avant d'entrer dans le débat de fond - -

Les questions d’organisation prennent actuellement toute la place dans le débat sur la transition énergétique. Le fond n’a pas encore été abordé, faisant craindre un retard dans l’élaboration d’un projet de loi.

Le président socialiste de la commission de développement durable de l'Assemblée nationale a prévenu le jeudi 13 décembre que la présentation d’un projet de loi issu du débat sur la transition énergétique risquait d'être retardée à "fin 2013". Jean-Paul Chanteguet s’exprimait ainsi au deuxième jour de réunion du conseil national sur ce sujet. 

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, avait déjà fait savoir en novembre que le texte de loi émanant des conclusions du débat ne serait pas présenté avant septembre. Initialement, il devait être prêt au mois d’août 2013.

Groupe de travail

Ce grand débat sur la transition énergétique résulte d’une promesse de campagne de François Hollande. Il réunit ONG, patronat et syndicats, Etat et élus. Les réunions s’étendront sur plusieurs mois, et les sujets de fonds ne seront abordés qu’à partir du mois de janvier. Pour le moment, c’est des questions d’organisation que discutent les participants.

Les modalités commencent à être clairement fixées. Il est notamment prévu la création d’un groupe d’une quarantaine d’experts, présentés ce jeudi. Dans les prochains jours, des groupes de travail sur différents thèmes (demande et production d'énergie, financement, pilotage de la "transition") seront mis en place.

Jean-Paul Chanteguet espère toutefois que le "vrai débat" interviendra au plus vite. Il rappelle qu'il ne restera plus que deux ans de mandat Hollande fin 2013. Mais pour Delphine Batho, la "facilitatrice" du débat, Laurence Tubiana et Matthieu Orphelin de la Fondation Nicolas Hulot, ce temps d’organisation est impératif.

Nina Godart et AFP