BFM Business

Transition écologique : "Ne nous tirons pas une balle dans le pied", prévient le Medef

Pour Patrick Martin, président délégué du Medef, la transition écologique aura un coût financier pour les entreprises françaises.

La transition écologique, un coup dur pour les entreprises? Patrick Martin, président délégué du Medef, assure que "l'impact financier de la loi économie circulaire et recyclage" est estimé de "4 à 5 milliards par an pour les entreprises". "Il y a par exemple des dispositifs de récupération qui pour certains existaient déjà et qui fonctionnaient et pour d'autres sont imposés par cette loi (…). C'est un vrai enjeu mais ça a un coût derrière (…). Il ne faut pas se raconter d'histoires: à la fin c'est le consommateur qui paiera. Mais comme le consommateur est demandeur d'un verdissement de l'économie (…) il assumera ses responsabilités", avance-t-il ce mardi sur BFM Business.

"Ça va être compliqué de mettre tout cela en œuvre dans des délais très courts. C'est ça le vrai enjeu. Je crois qu'on est tous d'accord sur la finalité (…) mais il faut savoir laisser du temps au temps. Il y a des filières entières, des industries entières, qui vont devoir se réinventer. Ça coûte cher, ça prend un peu de temps, il y a des enjeux sociaux importants. Notre message c'est celui-là: aucun débat sur la finalité mais soyons pragmatiques, accompagnons ce changement sans se fixer des échéances à l'infini", estime le numéro 2 du syndicat patronal.

Concurrence étrangère

"Tout le monde est intellectuellement, je dirais philosophiquement, prêt et même demandeur, mais tout le monde n'est pas opérationnellement prêt. Et il y a quand même une grosse question qu'il faut se poser, qui est de savoir si nos concurrents à travers la planète s'appliqueront à eux-mêmes ou se verront appliquer les mêmes contraintes. À défaut, comment se protège-t-on d'importations, de produits qui ne seront pas normés ou qui seront produits dans des conditions économiques qui les rendront ultra-compétitifs? Ne nous tirons pas une balle dans le pied", prévient-il.

J. B.