BFM Business

 Total aide (modestement) le Japon à se convertir à l'énergie solaire

Le géant pétrolier français vient de débuter les travaux d'une nouvelle centrale solaire au Japon. (image d'illustration)

Le géant pétrolier français vient de débuter les travaux d'une nouvelle centrale solaire au Japon. (image d'illustration) - Flickr - Domaine Public

Le géant pétrolier français vient de débuter la construction d'une nouvelle centrale photovoltaïque censée alimenter début 2018 près de 8.000 foyers japonais en électricité.

L'arrêt du nucléaire japonais profite à Total. Et plus particulièrement à sa filiale Total Solar. À l'occasion de la mise en service de sa première centrale photovoltaïque japonaise, la major pétrolière française indiquait au mois d'avril être "déterminée à accompagner le Japon dans la diversification de son mix énergétique en lui assurant un approvisionnement en énergie compétitive et propre à travers ses activités dans le solaire et le gaz naturel liquéfié".

"Le marché solaire offrant un réel potentiel de croissance" selon Julien Pouget, directeur Renewables chez Total, cité dans un communiqué. Total Solar, la branche chargée du développement des activités solaires de l'entreprise, vient de lancer à Miyako, dans le sud-ouest de l'archipel les travaux de construction de sa deuxième centrale solaire japonaise. 

La ferme solaire de Miyako sera composée de 76.000 panneaux photovoltaïques fournis par SunPower, une autre filiale du groupe pétrolier. D'une puissance de 25 mégawatts-crête, elle permettra d'alimenter 8.000 foyers japonais en électricité selon l'entreprise. La mise en service de cette installation, prévue début 2018, contribuera comme le souligne Total "à la diversification du mix énergétique japonais".

Pour rappel, depuis 2011 et l'accident nucléaire de Fukushima, le Japon a mis à l'arrêt l'ensemble de ses centrales nucléaires et s'est tourné vers d'autres sources d'énergie. Une situation qui rend le pays particulièrement dépendant des combustibles fossiles comme le charbon, le fioul ou le gaz mais qui fait de ce territoire un formidable laboratoire pour le développement des sources renouvelables comme l'éolien ou le solaire.

Le projet pétrolier de Total au Brésil pointé du doigt par Greenpeace

L'ONG Greenpeace dénonce des "lacunes" dans les études d'impact réalisées par le géant français Total dans le cadre d'un projet d'exploration pétrolière au large de l'embouchure de l'Amazone, au Brésil.

"Total sous-estime les impacts potentiels des forages qu'il envisage dans cette région. Cela va des activités quotidiennes de forage aux risques liés aux bateaux supports, accidents ou fuites pouvant aller jusqu'à la marée noire" indique l'ONG de défense de l'environnement dans un communiqué publié mercredi 24 mai. Greenpeace se fonde sur un rapport, publié à l'avant-veille de l'assemblée générale des actionnaires de Total, ayant passé au crible les études d'impact environnemental présentées par le groupe aux autorités brésiliennes précise l'AFP.

De son côté, Total avait déjà réagi début mai en assurant que le puits le plus proche se trouvait à 28 kilomètres des récifs et que l'enquête publique avait confirmé l'absence d'impact.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV