BFM Business

Siemens poursuit son renforcement dans l'énergie

Siemens a coiffé sur le poteau le suisse Sulzer

Siemens a coiffé sur le poteau le suisse Sulzer - David Ebener - DPA - AFP

Le groupe allemand a, dimanche 21 septembre, annoncé le rachat du fabricant américain de turbines Dresser-Rand. L'opération doit être bouclée d'ici à l'été 2015.

Faute d'avoir pu s'allier à Alstom, Siemens poursuit les acquisitions dans l'énergie.

Dimanche 21 septembre, le géant allemand a annoncé qu'il rachetait le fabricant américain de turbines et compresseurs Dresser-Rand pour devenir un poids lourd de l'extraction gazière en pleine expansion aux Etats-Unis avec le gaz de schiste.

Le conglomérat industriel Siemens offre un prix de 83 dollars l'action, ce qui valorise l'opération à 7,6 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros), précise le groupe de Munich sur son site. Siemens entend conclure l'opération, qui valorise le groupe de Houston à plus de deux fois son chiffre d'affaires, d'ici à l'été 2015.

En rivalité avec General Electric

Par ce rachat en numéraire, Siemens coiffe sur le poteau le conglomérat industriel suisse Sulzer qui était en pourparlers avec Dresser-Rand en vue d'une fusion. L'Américain General Electric (GE) avait également confirmé avoir tenu des discussions préliminaires avec le groupe de Houston pour un rapprochement.

Avant cette transaction, le géant allemand, avait déjà racheté au printemps les activités de production de turbines à gaz et de compresseurs du britannique Rolls-Royce.

Cette acquisition pour environ 1,3 milliard de dollars a permis au groupe allemand de s'étendre dans le domaine du matériel pour l'industrie pétrolière et gazière.

En mai dernier, le PDG de Siemens Joe Kaeser avait annoncé un plan stratégique baptisé "Vision 2020" qui prévoyait la suppression de 11.600 postes et le développement de l'entreprise sur trois axes, dont l'énergie. C'est dans cette optique que Siemens avait formulé des offres pour s'allier à Alstom. Mais le groupe allemand avait été battu dans la dernière ligne droite par General Electric.

J.M. avec AFP