BFM Business

Réacteur d'EDF à l'arrêt: "on n'est pas dans l'affolement général" tempère RTE

Invité sur le plateau de BFM Business, le patron de Réseau de transport d'électricité (RTE) est revenu sur la découverte récente de problèmes de fabrication sur six réacteurs EDF en exploitation et l'arrêt d'un réacteur dans la Manche.

La France pourrait-elle connaitre de sérieux blackout cet hiver? EDF a annoncé ce mercredi que six réacteurs nucléaires en activité présentaient des problèmes de fabrication mais qu'ils étaient jugés à ce stade aptes au service. A cette annonce s'ajoutent des restrictions de production d’électricité dans trois centrales, en raison des prévisions de débit du Rhône, et l'arrêt d'un réacteur dans la Manche après la découverte de traces de corrosion.

"On n'est pas dans l'affolement général" tempère ce mercredi François Brottes, président du directoire de Réseau de transport d'électricité (RTE), sur le plateau de l'émission "12H L'heure H" sur BFM Business. "Nous livrerons, à la mi-novembre, comme nous le faisons (habituellement, NDLR), une copie qui s'appelle le 'passage de l'hiver'. C'est-à-dire que l'on va expliquer, compte tenu des informations dont on dispose sur la disponibilité du parc de production" comment "on va passer l'hiver avec quelle ressource", explique-t-il.

Des solutions de repli avec les autres pays européens

"Je ne sais pas vous le dire, là, à l'heure qu'il est, mais bien évidemment, chaque fois que sur la production, des événements sont annoncés qui peuvent potentiellement en diminuer l'importance, ça nous met en questionnement et ça nous oblige à apporter les solutions", assure-t-il. "Tout dépend quelle météo il fera, et ça on ne sait pas vraiment le prévoir à l'avance. S'il fait très froid, s'il fait moins froid". 

Et des solutions de repli existent. "On a des solutions du type interconnexions. On a l'équivalent de ce que produisent 15 réacteurs nucléaires, en échange possible avec nos voisins (européens, NDLR)" souligne François Brottes. "On a une montée en puissance du renouvelable qui est réelle aujourd'hui" même si elle "n'est pas toujours au rendez-vous. S'il n'y a pas de vent, il n'y a pas d'éoliennes (…), on a toute une série de solutions complémentaires qui existent encore, le thermique notamment".

Thomas Leroy