BFM Business

Quels sont les atouts d’Henri Proglio pour rester à la tête d’EDF?

A la tête d'EDF depuis 2009, Henri Proglio affiche un bilan plutôt positif.

A la tête d'EDF depuis 2009, Henri Proglio affiche un bilan plutôt positif. - Eric Piermont - AFP

Le gouvernement doit décider dans les jours prochains qui sera le patron d’EDF. Laurence Parisot a annoncé être sur les rangs. Mais sauf surprise, Henri Proglio devrait se succéder à lui-même.

Laurence Parisot a annoncé hier, mercredi 8 octobre, être candidate à la présidence d’EDF, si jamais l'Etat choisissait de ne pas renouveler le mandat d'Henri Proglio qui arrive à échéance le 22 novembre.

Mais pour beaucoup il n'y a pas vraiment de suspens. Sauf surprise, l’ancien PDG de Veolia devrait être reconduit à son poste. Il y a deux ans cela n'aurait pas semblé évident car Henri Proglio est ouvertement proche de Nicolas Sarkozy ... Et pourtant aujourd'hui il a toutes les chances d'être reconduit, pour plusieurs raisons.

D'abord parce qu'il n'a pas de réel concurrent face à lui. Ensuite parce que ce renouvellement intervient dans une période particulière, en plein débat sur la transition énergétique. Cette loi complexe est synonyme de choix draconiens pour les prochaines années : réduction de la part du nucléaire, fermeture d'un ou de plusieurs réacteurs, gros investissements pour rénover l'ensemble du parc. Il faut un homme de poids pour mener tous ces chantiers.

Un salaire plafonné à 450.000 euros

Ajouté à cela que son bilan est plutôt satisfaisant. Il a su redresser les comptes du groupe, réduire son endettement. Il a fait sortir EDF de marchés sans avenir, comme les Etats-Unis avec le boom des gaz de schistes ou l'Allemagne avant la sortie du nucléaire.

Henri Proglio a aussi développé les énergies renouvelables, su éviter les conflits sociaux en interne ces dernières années. Le fait de le débarquer apparaîtrait donc plus comme une décision purement politique difficile à justifier.

Et puis dernier argument, et non des moindres, le montant de la rémunération. On peut comprendre que tout le monde ne se bouscule pas : depuis 2012 le salaire du patron d'EDF est plafonné à 450 000 euros par an (sans part variable), entreprise publique oblige. Il faut rappeler qu'en moyenne un patron du CAC gagne 2 millions. Donc quasiment 4 fois plus par an.

Guillaume Paul