BFM Business

Pourquoi il vaut mieux effectuer la rénovation énergétique de son logement avant de le vendre

Orpi estime que la mutation énergétique est un argument majeur dans la transaction immobilière: ce premier réseau coopératif immobilier français parle de "valeur verte".

Orpi estime que la mutation énergétique est un argument majeur dans la transaction immobilière: ce premier réseau coopératif immobilier français parle de "valeur verte". - Thinkstock-Orpi

Le projet de loi sur la transition énergétique est exigeant en termes de rénovation énergétique. Les professionnels de l'immobilier estiment avoir un rôle à jouer dans la réalisation des travaux. Orpi a décidé d'ajouter une corde à son arc.

"Je gère un immeuble ancien à Chelles. J'ai observé un étonnant phénomène de vase communicant. Un immeuble neuf a été construit juste en face et progressivement les locataires ont déménagé même si le loyer était un peu plus élevé. Un logement, c'est donc désormais un coût global. Plus personne ne met de côté ses factures de chauffage" explique Bernard Cadeau président d'Orpi. Il appelle cela la "valeur verte" Selon lui, les Français ont une prise de conscience de plus en plus importante de la performance énergétique d'un bâtiment.

Pour cela, il s'appuie sur une étude Harris Interactive plus que parlante. 81% des propriétaires estiment que la performance énergétique a une incidence sur la valeur de leur bien. 87% des locataires estiment de leur côté que la mauvaise performance énergétique du logement a une incidence financière.

Mais comme les Français ne sont plus à un paradoxe près, presque la moitié des propriétaires disent ne pas se sentir concernés par les problèmes liés à une mauvaise performance énergétique de leur logement. 6 propriétaires sur 10 n'ont jamais réalisé de diagnostic de performance énergétique et plus de 9 sur 10 n'ont pas l'intention d'en réaliser prochainement.

Bientôt une obligation légale

Des paroles aux actes, il y a donc un fossé. C'est pourquoi Orpi estime pouvoir apporter sa pierre à l'édifice. Pour Bernard Cadeau, c'est au moment de la transaction que tout cela peut se jouer. Le vendeur va réaliser qu'il y a des diagnostics à faire mais aussi que l'acheteur compare les logements et se montre de plus en plus exigeant. La loi va aussi inciter les propriétaires à agir. A l'horizon 2025 ou 2030 (la date n'a pas encore été fixée précisément car le texte n'est pas adopté) un propriétaire ne pourra plus vendre un bien si sa rénovation énergétique n'est pas réalisée à cette occasion .

Pour Philippe Pelletier président du Plan Bâtiment Durable, "un bien énergivore aura bientôt beaucoup moins de valeur qu'un bien sobre en énergie" Les Français doivent s'y préparer. La loi fixe l'objectif de 500.000 logements rénovés par an, le taux de transaction est de plus de 700.000 par an. Le calcul est donc vite fait.

Le premier réseau coopératif immobilier se met sur les rangs et a décidé de former les agents du réseau pour accompagner les vendeurs. Des initiatives concrètes seront dévoilées d'ici la fin de l'année. Orpi est d'autant plus optimiste que le marché redémarre. On observe depuis le début de l'année une hausse de plus de 4,5% des promesses de vente signées.

Nathalie Croisé