BFM Business

Pourquoi Apple parie sur l'aluminium "propre", à zéro émission de CO2

Avec la nouvelle méthode de production d’aluminium, la production d'aluminium par électrolyse émet de l’oxygène plutôt que des gaz à effet de serre.

Avec la nouvelle méthode de production d’aluminium, la production d'aluminium par électrolyse émet de l’oxygène plutôt que des gaz à effet de serre. - Apple

Apple investit dans un projet de coentreprise fondée par deux géants mondiaux de l'aluminium, Rio Tinto et Alcoa. Ils coopèrent sur une technologie éliminant les émissions de gaz à effet de serre lors de la production de ce métal très utilisé dans les iPhone, iPad et MacBook.

Apple mise sur un aluminium dont le procédé de fabrication sera bien plus écoresponsable qu'il ne l'est actuellement. Il s'est associé à deux des plus grands producteurs mondiaux pour développer la production d'un aluminium "sans carbone" qu'il prévoit d'utiliser dans ses ordinateurs portables et iPhone. "Nous sommes fiers de participer à ce nouveau projet ambitieux et nous attendons avec impatience le jour où nous pourrons utiliser de l'aluminium produit sans émissions directes de gaz à effet de serre dans la fabrication de nos produits", a dit le PDG d'Apple, Tim Cook.

Le géant californien apporte son soutien financier à une coentreprise baptisée Elysis, créée par les deux géants mondiaux de l'aluminium, Rio Tinto et Alcoa. Ensemble, ils investiront dans une future usine recourant à un procédé éliminant les énormes émissions de gaz à effet de serre générées lors de la fabrication par électrolyse de l'aluminium. Ce process, utilisant une anode de carbone placée dans un bain à base d'alumine issue de la bauxite, est fortement émetteur de CO2. Pour produire une tonne d’aluminium, une tonne et demie de dioxyde de carbone gazeux est produite par la seule combustion des anodes de carbone, s'échappant sous forme de grosses bulles dans l’atmosphère.

Au lieu d'utiliser une anode de carbone, Elysis utilise un matériau conducteur avancé qui libère de l'oxygène plutôt que du dioxyde de carbone.

Le futur site d'Elysis sera construit au Québec dans le cadre d'un projet de 558 millions de dollars canadiens (367 millions d'euros) réalisé en deux phases. Il emploiera 100 personnes et pourrait créer plus de 1000 emplois d'ici 2030. "Il s'agit de la plus importante innovation de l'aluminium depuis plus d'un siècle, et d'une étape décisive dans la lutte contre le changement climatique", a assuré le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors de la présentation du projet, soutenu par les gouvernements du Canada et du Québec.

Les deux autorités investiront chacune 60 millions de dollars canadiens (40 millions d'euros) dans le projet d'usine, Alcoa et Rio Tinto injectant le reste. Apple investira 13 millions de dollars canadiens (8,6 millions d'euros) dans la première phase du projet et a accepté de fournir un soutien technique à Elysis.

De l'aluminium "à zéro émission de CO2" sortira en 2024

La nouvelle technologie, mise au point et brevetée par Alcoa, est déjà utilisée au centre technique d’Alcoa, dans la banlieue de Pittsburgh aux États-Unis. Elle permettra une production et une commercialisation à grande échelle à compter de 2024.

Certains analystes soulignent cependant que l'objectif de produire de l'aluminium complètement sans carbone est encore loin. La fabrication d'aluminium par électrolyse requiert tellement d'énergie électriqueque l'installation d'une usine de production d'aluminium se fait généralement à proximité d'une centrale électrique. Or, de nombreuses fonderies d'aluminium et de raffineries d'alumine, en particulier en Chine, dépendent de l'électricité produite par les centrales thermiques au charbon...

Frédéric Bergé