BFM Business

Pollution de l'air: le capitaine d'un bateau de croisière risque la prison

L'Azura est un bateau de croisière appartenant à la société P & O Cruises qui n'est pas poursuivie pour l'instant par la justice française.

L'Azura est un bateau de croisière appartenant à la société P & O Cruises qui n'est pas poursuivie pour l'instant par la justice française. - Wikipedia. Licence Creative Commons

La justice française poursuit le capitaine de l'Azura, un paquebot de croisière, pour avoir utilisé du fioul maritime lourd dépassant les normes en vigueur pour le transport de passagers. Le bateau avait été contrôlé lors d'une escale à Marseille et son "pacha" a reconnu les faits.

Il n'y a pas que les porte-conteneurs géants qui polluent l'atmosphère: à Marseille, des poursuites ont été engagées contre le capitaine d'un paquebot de croisière qui avait enfreint les normes concernant le fioul. Le fautif est le "pacha" de l'Azura, un géant des mers (289 mètres de long, jusqu'à 3000 passagers), contrôlé lors d'une escale à Marseille, le 29 mars 2018.

Lorsque les analyses sont tombées, le navire était reparti. Mais, les militaires de la gendarmerie maritime ont pu auditionner le capitaine lors d'une nouvelle escale à la Seyne-sur-Mer dans le Var. Celui-ci a reconnu avoir employé un carburant ne respectant pas la concentration règlementaire maximale en soufre. Le paquebot incriminé utilisait du fioul maritime dont la teneur en soufre atteignait 1,68%, au-dessus de la limite de 1,50% inscrite dans la loi fin 2015 pour les navires transportant des passagers en Méditerranée. Pour les autres bateaux, la limite est à 3,5%. Après le 1er janvier 2020, la limite sera divisée par trois pour tous les navires.

La capitaine de l'Azura sera renvoyé devant le tribunal correctionnel où il risque un an de prison et 200.000 euros d'amende. La compagnie britannique P&O Cruises, filiale du géant de la croisière Carnival et propriétaire du navire qui bat pavillon des Bermudes, n'est à ce stade pas poursuivie.

Marseille est victime d'une forte pollution due aux navires

La décision de poursuivre en justice le capitaine d'un paquebot pollueur de l'atmosphère est une première en France, depuis l'imposition de nouvelles normes sur le carburant employé dans les navires, sous l'impulsion de l'Europe en 2015.

Comme dans d'autres villes dotées de ports, la pollution atmosphérique est un point noir à Marseille, où le développement rapide du trafic des paquebots de croisière, très polluants, inquiète les défenseurs de l'environnement.

France Nature Environnement (FNE) évoque un nombre de particules fines "100 fois plus élevé" à proximité du port que dans d'autres parties de la cité phocéenne. Cette pollution s'explique par la teneur en soufre des carburants, jusqu'à 3.500 fois plus élevée que le diesel des voitures selon FNE.

Frédéric Bergé avec AFP