BFM Business

Pétrole et gaz: les fusions et acquisitions devraient rester dynamiques en 2017

L'ensemble des transactions du secteur pétrogazier a atteint 395 milliards de dollars en 2016. (image d'illustration)

L'ensemble des transactions du secteur pétrogazier a atteint 395 milliards de dollars en 2016. (image d'illustration) - Haidar Mohammed Ali - AFP

Selon une étude du cabinet EY, les fusions et acquisitions dans le secteur du gaz et du pétrole devraient rester dynamiques en 2017.

Une étude du cabinet de conseil EY estime que la crise du secteur pétrogazier "a probablement touché son point bas en 2016", avec un prix du baril de brut avoisinant les 30 dollars (28 euros), avant une remontée amorcée à l’automne grâce à un accord de limitation de la production mondiale pour réduire son excédent.

"Les actions de l’Opep sur la dernière partie de l’année ont fait remonter le prix du baril au-dessus des 50 dollars (46 euros), ce qui a eu pour effet d’améliorer les perspectives à moyen terme en ce qui concerne les prix. Les fusions et acquisitions ont donc fortement augmenté fin 2016. Cette tendance devrait se poursuivre en 2017" explique Michael Lafarge, expert pétrole et gaz chez EY.

L’an dernier, la valeur totale des transactions s’est élevée à 395 milliards de dollars (370 milliards d'euros), contre 340 milliards de dollars (318 milliards d'euros) en 2015, grâce à une augmentation de 28% du nombre des grosses opérations supérieures à un milliard de dollars, et ce malgré une baisse globale de 27% du volume des transactions sur un an.

Moins de transactions en 2016, des montants plus élevés 

Dans l’exportation-production (amont), le montant des transactions s’est replié de 14% à 130 milliards de dollars (122 milliards d'euros) pour un total de 1.024 transactions (-31%). À l’inverse, le midstream (transport, stockage, vente en gros), l’aval (raffinage, distribution) et les services pétroliers ont vu la valeur totale des transactions fortement progresser, malgré un repli du nombre d’échanges.

Ainsi, le rapprochement du français Technip avec l’américain FMC Technologies et celui des américains Baker Huges avec la branche de services pétroliers et gaziers de General Electric (GE) ont permis au secteur parapétrolier d’enregistrer un record de 53 milliards de dollars (49 milliards d'euros) de transactions l’an dernier (+106%). 

A.M. avec AFP