BFM Business

Nestlé: l'arbre, avenir de son business

Préserver la qualité de l'eau et remettre l'arbre au coeur des cultures, c'est la stratégie durable de Nestlé

Préserver la qualité de l'eau et remettre l'arbre au coeur des cultures, c'est la stratégie durable de Nestlé - Nestlé France

La loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt a été promulguée en octobre. Elle prévoit notamment de développer la gestion durable et multifonctionnelle des forêts et de mieux valoriser les ressources en bois.Dans ce contexte, quatre marques de Nestlé à savoir Vittel, Nescafé, Nespresso et Mousline affichent leur engagement pour développer des programmes d'agroforesterie. Ils vont leur permettre d'assurer notamment les approvisionnements.

Retrouver la place de l'arbre dans l'agriculture. C'est le principe simple de l'agroforesterie. Elle a dominé l'agriculture jusqu'à la seconde guerre mondiale comme le rappelle Tristan Lecomte le président de Pur Projet qui accompagne les entreprises dans leur démarche pour régénérer les écosystèmes. "Et puis on a considéré que l'arbre prenait trop de place. Il a disparu du paysage. Cela ne fait que quelques années que l'agroforesterie est remise en avant. C'est un outil de transition du modèle intensif de culture à de la polyculture intégrée." L'arbre est un trésor, il présente plus de 100 bénéfices pour la nature et l'homme. Il capte notamment l'énergie du soleil. La réimplantation d'arbres permet d'intégrer des cultures le long des cours d eau ou encore sur des bassins versants, ce qui permet de trouver un bon équilibre entre agriculture et nature. Le gain économique est réel selon Tristan Lecomte: "pour 6.000 dollars par hectare investis, ce sont 14.000 dollars de bénéfices, qu'il s'agisse d'enrichissement des sols, de dépollution de l'eau, d'adaptation au dérèglement climatique, de meilleures conditions de travail pour les agriculteurs ou encore d'un approvisionnement sécurisé pour les entreprises." De quoi comprendre très aisément l'engagement marqué de Nestlé dans l'agroforesterie. Le premier groupe alimentaire mondial vise la pérennité de son business.

Zéro Pesticides

"Nous utilisons 2,5 fois la surface de la Suisse pour nous fournir", explique José Lopez, vice -président exécutif du groupe Nestlé en charge des opérations. La politique baptisée "Création de valeur partagée " se doit donc d'intégrer les meilleures pratiques. C'est ainsi que l'arbre prend de plus en plus de place au sein de l'ensemble du groupe. Chez Vittel, tout d'abord avec une démarche qui a plus de 20 ans, Agrivair. Nestlé est parti d'un constat dans les années 80. Il y avait des risques de détérioration de l'eau en raison du recours aux pesticides. Le captage est réalisé dans les Vosges sur 10.000 hectares, dont 60% sont réservés aux cultures. Le groupe a donc pris son bâton de pèlerin pour convaincre les agriculteurs de changer leurs méthodes de travail. Ils sont désormais une trentaine à avoir choisi le modèle "Zéro Pesticides". 10.000 arbres ont ainsi été plantés dans la zone. Nescafé, autre marque du groupe avance aussi dans l'agroforesterie avec 2 pilotes aux Philippines où 32.000 arbres ont été plantés. En Thaïlande c'est le chiffre de 40.000 qui a été atteint. L'objectif principal était de lutter contre l'érosion des terres.

Utiliser autant que l'on consomme

Le café, une ressource plus que primordiale pour Nestlé: 5.550 tasses de Nescafé sont bues chaque seconde dans le monde. C'est pour cela que Nespresso n'est plus non plus en reste. "A peine 2% du café répond actuellement à la qualité exigée", selon Arnaud Deschamps, DG de Nespresso France. Il travaille donc de plus près à l'amélioration des produits pour des consommateurs exigeants avec l'objectif de planter 10 millions d arbres d ici 2020. Mousline dialogue aussi avec les agriculteurs. Un pilote avec 3 producteurs a été mis en place sur le site de Rozières-en-Sancerre au coeur de la Picardie. L’usine de Rosières est la seule en Europe de flocons de pommes de terre Nestlé. Elle fournit les grandes et moyennes surfaces en France ainsi que d’autres industries dans une dizaine de pays. Pour Richard Girardot, président de Nestlé France, "il ne peut pas y avoir de de création de valeur partagée pour son entreprise s'il n' y a pas de création de valeur pour la société dans son entier." Quand on est un grand groupe, il est parfois difficile de convaincre. Nestlé a choisi de ne pas afficher de façon ostentatoire sa démarche sur ces produits. Il préfère donner des chiffres: en 2020 le groupe produira autant de ressources qu'il en consommera. Prochaine étape: optimiser toujours mieux les matières premières.

Nathalie Croisé